Design Forever

13 décembre 2016 - Design/Art, Inspiration

Nouveaux lieux, nouveaux designers, nouveaux emblèmes, si 2017 à nos portes annonce déjà l’heure des bilans, le secteur du design en pleine effervescence réserve encore quelques bonnes surprises. Le point sur les dernières inspirations.

London Design Museum

London Design Museum

Centre mondial du design auto-proclamé, le nouveau musée du design de Londres assume haut et fort ses ambitions à l’horizon 2017, défiant fièrement le Brexit récent. Inauguré fin novembre, l’espace d’exposition jouit déjà du titre de plus grand musée du design au monde en raison de ses 10 000 mètres carrés de surface, l’équivalent d’un hypermarché. Après la Tate Modern, c’est donc le Design Museum of London qui explose ses mensurations, comme si l’Angleterre avait choisi le design et l’architecture pour rendre sa grandeur à la Couronne.

London Design Museum

London Design Museum

 

Capture d’écran 2016-12-13 à 17.02.27

London Design Museum – Fear and Love

Au terme de 97 millions d’euros de travaux, Sir Terence Conran inaugurait donc le nouveau joyau de South Kensington, vingt-sept ans après la fondation de son premier Design Museum dans un entrepôt de bananes londonien. Signé John Pawson et OMA, le jeune navire amiral de la reconquête culturelle britannique affiche la couleur avec un contenant aussi précieux que son contenu. Sous le toit géométrique en forme d’hyperbole, un vaste atrium chamarré joue des effets de lumière en guise d’introduction au gigantesque parcours d’exploration design. Sur le chemin, pas moins de mille objets de tous horizons éclairent le champ des possibles terrestres. Ici, la mode s’incarne dans une paire d’escarpins Pigalle signée Louboutin, là, une Ford T ravive les prouesses de l’industrie automobile quand architecture, technologies, graphisme, mobilier et produits jouent des coudes pour être au centre de toutes les attentions.

The Pan European Living Room

The Pan European Living Room

 

unnamed-1

Madeline Gannon

 

Andres-Jaque-Intimate-Strangers-c-Office-for-Political-Innovation

Andrés Jaque

 

606_980-5043E85D-4B8C-456E-A82D-BF436C9B320E

Hussein Chalayan

Baptisée « Fear and Love – Reactions to a complex world », la première exposition temporaire du musée du design de Londres présente notre société sous le prisme d’installations parfois choc. Venus des quatre coins du monde, les designers de l’exposition présentent ainsi une dizaine d’installations sur le thème de la politique, la sexualité, les sciences ou la mort, flirtant pour certaines avec la caresse acerbe d’un épisode de Black Mirror. L’Américaine Madeline Gannon présente en ce sens un robot industriel de plus d’une tonne transformé en une inquiétante créature simili vivante. L’architecte New-Yorkais d’origine espagnole Andrés Jaque explore, lui, l’impact des rencontres électroniques via l’application gay Grindr à travers son installation « Intimate Strangers ». De son côté, le styliste engagé Hussein Chalayan choisit de trahir nos émotions à travers une collection de vêtements intelligents capable de les détecter et de les révéler en temps réel. Le cabinet OMA, lui aussi membre de l’exposition temporaire, offre à pénétrer dans un salon meublé baptisé « The Pan European Living Room », intérieur domestique constitué de pièces design provenant des 28 pays membres de l’Union Européenne, coïncidence peu fortuite après le vote du Brexit.

Virgil Abloh - Design Miami

Virgil Abloh – Design Miami

De l’autre côté de l’Atlantique, le continent américain portait également le design à ébullition jusqu’au 4 décembre avec l’édition 2016 de Design Miami. Foire de design haut-de-gamme visant à sensibiliser au design moderne et contemporain, Design Miami dévoilait cette année encore quelques pépites. Dj, styliste et directeur de la création de Kanye West, Virgil Abloh lançait sa ligne de design à l’occasion de l’exposition « Curio ». Malgré son profil pluridisciplinaire, cette entrée en design n’avait rien d’une surprise pour le créateur du label Off-White qui convoquait dans une collection de chaises et tables durables au design brut sa formation en architecture de l’Illinois Institute of Technology. Tabourets cubes, table grillagée en base bois et pierre… l’installation de Virgil Abloh trahissait, au-delà d’une simple inclination, un vrai talent pour le design d’objets. Rayon collaboration, on croisait de prestigieuses maisons comme Perrier-Jouët ou Louis Vuitton qui s’illustrait dans une installation de sa collection d’objets nomades emblématiques, dont le cocon en fourrure et le siège pétales.

louis vuitton cocoon by the campana brothers

Louis Vuitton Fur Cocoon by The Campana Brothers

The Blossom Stool Tokujin Yoshioka

Louis Vuitton Blossom Stool – Tokujin Yoshioka

Au cœur du parcours de Design Miami, The Haas Brothers déclaraient leur amour pour les créatures étranges dans l’installation Mini Beasts, quelques semaines après le boom de la série Netflix Stranger Things ; Mathieu Lehanneur invoquait la silhouette alambiquée du monstre du Loch Ness dans un plafonnier lumineux intitulé « Les Cordes » et Christopher Stuart matérialisait avec brio la tendance or rose dans son banc

Mini Beasts by The Haas Brothers

Mini Beasts by The Haas Brothers

Les Cordes - Mathieu Lehanneur

Les Cordes – Mathieu Lehanneur

Christopher Stuart - Bronze U Bench – 6’.

Christopher Stuart – Bronze U Bench – 6’

 Parmi ces créations 2016, d’autres inventions déjà cultes signifiaient l’héritage moderne du design comme le bureau Présidence no.201 de Jean Prouvé (1955) ou la lampe Asa-No-Ha de Georges Nakashima (1974), et la tenture en laine de cachemire de Nanda Vigo (1987) apportait un éclairage historique à l’installation « Happy Room » de Cristina Celestin pour Fendi.

Bureau Présidence No.201 - Jean Prouvé

Bureau Présidence No.201 – Jean Prouvé

Lampe Asa-No-Ha - Georges Nakashima

Lampe Asa-No-Ha – Georges Nakashima

Tenture en laine de cachemire - Nanda Vigo

Tenture en laine de cachemire – Nanda Vigo

« Happy Room » de Cristina Celestin pour Fendi

« Happy Room » de Cristina Celestin pour Fendi

Dans l’hexagone aussi, la fin de l’année 2016 porte ses fruits en matière de design avec la dernière invention du designer Ora Ïto. Co-signé avec son mentor Daniel Buren, Yooma est un OVNI hôtelier qui place une multitude de centres d’intérêts à portée de main des voyageurs. Lors de son ouverture en février 2017, les visiteurs pourront découvrir cette structure d’accueil d’un nouveau genre qui cristallise en un seul et même lieu exploitation maraîchère urbaine, école de cuisine et résidence pour artistes, incarnant de manière très concrète le concept de « simplexité » cher à Ora ïto.
batiment3

Yooma

Yooma

© dailyshopwindow.com | http://bit.ly/2hpio6c