TENDANCE PAPIER

7 juin 2017 - Design/Art, Inspiration

« Laissez parler les p’tits papiers… »

Depuis longtemps, le papier offre des possibilités créatives infinies… Coupé, déchiré, plié, scalpé, sectionné au laser, collé, gribouillé : s’il est ancien, le papier sous toutes ses découpes est aussi très actuel. De nombreux artistes, dans le monde du luxe et des grands magasins, explorent et exploitent cette matière avec maîtrise et inspiration. Voici une sélection de projets sublimant le papier tout en lui donnant une dimension nouvelle.

Vitrines de papier

Avant synonyme de panne d’inspiration, la page blanche devient finalement l’objet de création. Depuis plusieurs saisons dans les vitrines,  le papier écrit un décor nouveau, puisant son inspiration d’un art artisanal que l’on pensait désuet. 

On se souvient encore des vitrines de Noel 2016 des Galeries Lafayette, imaginées par l’artiste Lorenzo Papace. À l’occasion des fêtes de fin d’année, le grand magasin parisien a voulu porter l’attention sur la cause environnementale en racontant l’épopée de deux ours polaires en Arctique.

Galeries Lafayette - Novembre 2016 - Dailyshopwindow

Galeries Lafayette – Novembre 2016 – Dailyshopwindow

Lorenzo Papace réalisait alors des scènettes de papier d’une grande finesse pour les vitrines animées des Galeries Lafayette. Un spectacle féérique, à l’instar du grand sapin de Noël placé sous la Coupole du magasin, lui aussi tout en papier et décoré d’éléments fantaisistes comme des téléphériques et une grande roue.

BERGDOF GOODMAN - Janvier 2017 - NYC

BERGDOF GOODMAN – Janvier 2017 – NYC

Saks Fith Avenue - May 2017 - New york

Saks Fith Avenue – May 2017 – New york

Cette année encore, Bergdorf Goodman et Saks habillaient leurs vitrines new-yorkaises d’insecte de papier géant pour le premier, et d’une multitude de roses de papier aux couleurs éclatantes pour le second.

En Mai 2017, Fenwick célébrait l’arrivée de l’été en collaboration avec le jeune artiste anglais Clym Evernden, les vitrines en papier illustrent le Royaume uni des « garden party », des mariages, de Wimbledon et du Royal Acost.

Fenwick- Londres - Mai 2017

FENWICK – Londres – Mai 2017

Pour Hermès, les créateurs Zim et Zou (Lucie Thomas et Thibault Zimmermann) ont créé de superbes décors en papier pour l’ouverture d’une boutique située dans un centre commercial de Dubaï. Dans cette œuvre intitulée « Forest Folks », ce duo d’artistes français basés à Nancy et spécialisés dans les œuvres en papier ont mis en scène un monde coloré où la nature est reine. Un décor qui n’est pas sans rappeler les oeuvres d’Henri Rousseau.

Forest Folks par Zim et Zou pour Hermès, Dubaï.

Forest Folks par Zim et Zou pour Hermès, Dubaï.

Déjà en 2012, Hermès s’amusait avec le papier dans une vidéo transformant son célèbre cheval en origami animé.

Quand le papier prend vie

Côté beauté, c’est l’origami qui séduit. L’art du papier insuffle une certaine délicatesse couplée à une grande dextérité. Sa légèreté et la technique qu’il nécessite se marient parfaitement à l’expression du luxe, notamment dans l’univers du parfum et de la joaillerie. Ainsi, Chanel, Dior, L’Occitane faisaient appel à Marianne Guély pour magnifier leurs vitrines de créations de papier suspendues.

L'occitane Marianne Guely - 2013

L’occitane Marianne Guély – 2013

Marianne Guély - défilé Chanel PE 2009

Marianne Guély – défilé Chanel PE 2009

 

Pour Annick Goutal, c’est l’artiste japonais Tsuyu qui signait des oeuvres de papier d’une minutie incroyable, semblables au travail méticuleux de certains insectes.

Tsuyu pour Annick Goutal

Tsuyu pour Annick Goutal

Dans son film « La Tentation de Nina », Nina Ricci donnait vie au papier dans une formidable enfeuillée lyrique en 3D. Le flacon de pomme parcourait un décor faisant se défiler les décors parisiens dans une ode régressive et gourmande, signant une formidable prouesse de esthétique.

À l’occasion du Nouvel An chinois en 2014, Lancôme avait également imaginé une vidéo mettant en scène des décors de papier parisiens. Le film, en 3D également, est un véritable festival des techniques de papier plié, découpé, ajouré, pop-up en hommage à la technique ancestrale chinoise du Janzhi.

Le papier apparaît ici comme une matière élégante et raffinée, à l’image du film, et qui conjugue rêve, poésie et esthétisme tout en faisant écho aux symboles de la capitale française qu’affectionne tant la clientèle chinoise.

Prêt-à-papier et accessoires en carton

Bea Szenfeld est une jeune créatrice polonaise spécialisée dans le vêtement d’art. Sa matière de prédilection ? Le papier, évidemment. Les réalisations prêt-à-porter de cette ancienne céramiste et sculptrice de formation sont tout à fait surprenantes, et plaisent déjà à des personnalités excentriques telles que Björk et Lady Gaga.

Bea Szenfeld, collection Haute Papier.

Bea Szenfeld, collection Haute Papier.

Non moins novateur, l’entreprise allemande PaprWatch veut lancer – comme son nom l’indique – des montres en papier au moment où les smartwatches et montres connectées non jamais été aussi tendance ! Réalisées à partir d’un matériel léger semblable à du papier, ces montres sont en réalité constituées de Tyvek, un matériau synthétique non tissé à base de polyéthylène.

La Papr Watch n’a évidemment pas pour ambition de détrôner l’Apple Watch puisque ses seules fonctionnalités sont de simplement connaître l’heure et la date. Néanmoins, les constructeurs vantent sa batterie qui peut durer deux ans avant d’être rechargée pour la première fois et sa grande résistance.

Make-up et papeterie

L’industrie de la beauté fait souvent émerger les tendances les plus farfelues, mais souvent pas si absurdes. C’est le cas du « make-up 3D » imaginé par l’artiste Teratology dans le monde de la beauté alternative. Dans le prolongement du maquillage, des formes géométriques en relief réalisées grâce à du papier viennent finaliser le look, non sans effet de volume, pour un résultat pour le moins pictural.

Maren Bailey, Teratology.

Maren Bailey, Teratology.

À 20 ans, l’américaine Maren Bailey, connue sous le nom de Teratology, est l’influenceuse à l’origine de ce mouvement esthétique, dont elle explique avoir eu l’idée après avoir vu le film Freaks de Toi Browning (1932). « Mon concept de make-up en 3D est venu le jour ou je me suis retrouvée à court d’eyeliner liquide. J’avais un look en tête que je voulais faire et et je voulais le poster en ligne le lendemain, je n’avais pas le matériel pour le réaliser, mais j’ai trouvé un bloc de papier. ». La jeune artiste prévoit de lancer une collection limitée de maquillages en papier pour la fin de l’année…

Maren Bailey, Teratology.

Maren Bailey, Teratology.

Une chose est sûre, côté tendance, le papier est en règle !

Alizee Perrin

© dailyshopwindow.com | http://bit.ly/2sfZHHn