Cool Séoul !

15 octobre 2015 - Exposition, Inspiration

Depuis quelques années, la Corée et notamment Séoul pénètre régulièrement nos horizons occidentaux à travers une gastronomie à la cote de popularité grandissante. En dépit des nombreuses victimes du kimchi ayant juré de ne plus s’asseoir à la table d’un bulgogi de leur vie, la multiplication des spots culinaires made in Corée a déclenché, à sa manière, le processus d’acclimatation à cette culture hier encore nébuleuse. Comme le veut la coutume, cette première rencontre concluante s’est rapidement soldée d’une furieuse envie de faire plus ample connaissance. Voeu exaucé. À l’occasion de l’année de la Corée en France, le Pays du Matin Calme s’emballe et se dévoile en une pléiade de manifestations artistiques. Florilège.  

Année de la Corée en France, 2015 2016

Année de la Corée en France, 2015 2016

Le manifeste made in Corée le plus intrigant se déroule en lieu et place du Musée des Arts Décoratifs de Paris jusqu’au 3 janvier. Avec 150 artistes exposés et pas moins de 700 oeuvres, Korea Now! met en scène le travail d’artisans, designers, graphistes et créateurs de mode sur la quasi totalité des espaces temporaires du Musée. Révélant les rapports étroits qu’ils tissent avec leur culture d’origine au fil des ans, l’exposition célèbre le nouveau savoir-faire coréen, savant distillat d’héritage ancestral et de techniques de pointe. Au coeur de ce parcours initiatique menant au progrès contemporain, la mode coréenne se raconte à travers quelques 120 silhouettes et accessoires qui retracent sa courte histoire, des premiers pas dans les années 80 aux têtes d’affiche des années 90 (André Kim, Lee Young Hee…) avec un focus sur les années 2000 et la nouvelle génération de designers de mode, accoutumés pour certains aux fashion week parisiennes (Juun J.). Dans un désir d’exhaustivité, Korea Now! présente également les créations des artisans et designers coréens à travers bijoux, céramiques, cuirs et autres matériaux comme le papier ou le métal ; et présente par ailleurs le versant du graphisme coréen avec une vingtaine d’artistes contemporains et plus de 200 oeuvres.

Juun J., JUNG Wook-jun, Korea Now !

Juun J., JUNG Wook-jun, Korea Now !

Korea Now!

Korea Now!

Isolée à travers une exposition dédiée, Lee Bul présente sa structure flottante de métal et de fumée au Palais de Tokyo. Considérée comme l’une des artistes contemporaines les plus importantes en Corée, elle aborde avec Aubade III la question de la modernité dans une mise en scène de la crise entre l’homme et la société ultra technologique. Inspirée des projets fantasmagoriques des chercheurs modernistes, ce projet s’avère particulièrement évocateur pour cette nation élevée sur le tard après des années d’obscurantisme.

Lee Bul, Aubade III

Lee Bul, Aubade III

L’exploration des richesses artistiques de Corée se poursuivra au Grand Palais dès le 31 mars avec le rendez-vous Art Paris Art Fair, mettant cette nation à l’honneur cette année. Une plateforme de galeries coréennes invitées s’emploiera à révéler l’émergence de l’art contemporain local dans les années 80 puis son évolution jusqu’à la frénésie actuelle lors de cette manifestation majeure des acteurs de l’art contemporain.  

 

36398-s_oul-4

Le Septième Art n’est pas en reste avec l’exposition Séoul Hypnotique constituée pour l’année de la Corée au Forum des Images de Paris. Ceux qui ont toujours à l’esprit l’époustouflant Old Boy de Park Chan-Wook connaissent la virtuosité du cinéma sud-coréen. À travers plus de 80 films inédits ou peu présentés, l’exposition reflète une cinématographie plurielle. Entre tradition en modernité, profondément marquée par l’histoire de la Corée, la jeune démocratie enclavée entre la Chine et le Japon est victime de l’occupation japonaise, de la guerre et de la dictature jusque dans les années 80. Théâtre privilégié de tous les scénarios, la  mégapole Séoul s’illustre dans le drame, la comédie, le thriller ou le film intimiste avec l’obsession du mal en fil conducteur de ces témoignages contemporains.

Le rappeur G-Dragon

Le rappeur G-Dragon

Leitmotiv cinématographique, Séoul est également la nouvelle capitale de la mode asiatique. Industrie de pointe pour les tendances de la mode et du luxe, Séoul est devenue le hub d’inspiration de la civilisation asiatique et la contagion se propage jusqu’en Europe où les grandes maisons tournent désormais le regard à l’extrême Est. Si le défilé Chanel Croisière 2016 posait pour la première fois ses valises à Séoul en mai dernier, l’implantation du plus grand magasin Christian Dior dans le beau quartier de Gangnam en juin et le rachat pour 80 millions d’euros de parts du label musical K-Pop YG Entertainments par LVMH étaient sans équivoque. Enfin, quand Suzy Menkes choisit d’implanter la seconde édition de la Conférence Internationale du luxe du groupe Condé Nast dans la capitale coréenne, il n’est plus question de nier l’évidence, Séoul est cool.

La chanteuse @ChaelinCL, omniprésente sur l'instagram de Jérémy Scott

La chanteuse @ChaelinCL, omniprésente sur l’instagram de Jérémy Scott

Fraîchement considérée comme trendsetter, c’est grâce au phénomène Hallyu que Séoul a conquis l’International. Vague culturelle coréenne d’émission TV et de musique pop à l’origine des nouveaux influenceurs qui peuplent les front row des défilés, le Hallyu a fait naître des publicités vivantes comme le rappeur G-Dragon, icône du style habillée par Moschino, Saint Laurent ou Chanel, habitué des défilés, ou la chanteuse Chaelin Lee aka CL, meilleure amie de Jérémy Scott et membre du groupe K-Pop 2NE1 à l’origine du look Ulzzang, tendance beauté la plus répandue en Asie. Numéro 2 d’YG Entertainments, propriétaire de ces deux pépites à la communauté débordante, LVMH a donc parfaitement ciblé son investissement. 

Makioly

Makioly

Moo Young Hee, collection ss16

Moo Young Hee, collection ss16

Plus confidentielle, la vague de créateurs made in Séoul à la renommée implantée en France de manière durable se distingue radicalement du phénomène K-Pop au style très commercial. Positionnée dans un style à mi-chemin entre classicisme ultra maîtrisé et modernité pertinente, la création de mode coréenne représente à ce jour l’idéal asiatique et la juste mesure stylistique. Ambassadeurs de ce chic intemporel au twist contemporain très pointu, le designer Moon Young Hee qui défile à Paris depuis plusieurs saisons et le jeune duo Makioly implanté à Paris propagent peu à peu l’engouement pour ce style coréen maîtrisé. C’est un fait, la France est bel et bien prête à vivre à l’heure coréenne…

Retrouvez le concept store coréen à Paris, Tom Greyhound, visible sur notre site dailyshopwindow.com

dailyshopwindow-vitrines-créatives-creative-windows-vitrines-magasins-windows-shop-tom_greyhound_sep_2015

Tom Greyhound, Paris, Oct15

© dailyshopwindow.com | http://bit.ly/1Lv94p9