L’esprit du Bauhaus

1 décembre 2016 - Exposition, Inspiration

L’esprit du Bauhaus, c’est ainsi que se nomme le grand hommage du musée des Arts Décoratifs à cette école de l’art total née au XXème siècle. Avec plus de 900 oeuvres présentées, il s’agit de l’exposition  la plus importante consacrée à la communauté créative allemande depuis les années 1960 et pour cause, quelques quatorze années d’existence lui auront valu une résonance impressionnante jusqu’à nos jours. Quel est l’héritage du Bauhaus ?

BAUHAUS-1

Terme allemand composé  de “Bau” (bâtir, construction) et “Haus” (maison”), Bauhaus signifie littéralement maison du bâtir, et la notion de maison signifie ici davantage que le simple contenant qui nous accueille chaque jour. Plus qu’une esthétique, le Bauhaus était avant tout une école atypique où étudiants et enseignants vivaient et travaillaient en synergie constante, notamment grâce à de nombreuses fêtes organisées jusqu’à sa dissolution en 1933.

kandinsky_composition_viii_1923

Vassily Kandinsky

Volonté de résoudre la contradiction entre art et industrialisation après le traumatisme de la Première Guerre Mondiale, le Bauhaus est fondé en 1919 par Walter Gropius qui publie alors un manifeste. « Architectes, sculpteurs, peintres, tous nous devons retourner à l’artisanat » revendique-t-il, animé par le rêve de construire un monde meilleur en réunissant tous les arts. Tendant à construire des objets universels qui transcendent frontières et classes sociales, les productions Bauhaus sont tournées vers l’avenir et l’idéal d’un cadre de vie nouveau, créatif, pour un homme nouveau. Fini l’art réservé à l’élite aristocratique, désormais tout doit être art grâce à cette unité forte voulue entre art, artisanat et industrie…

Tables gigognes Marcel Breuer

Tables gigognes Marcel Breuer

Lampe-boule Wilhelm Wagenfeld

Lampe-boule Wilhelm Wagenfeld

Souvent associé à une esthétique dépouillée à la fois élégante et fonctionnelle, le Bauhaus ne se cantonne en réalité pas seulement à un style retenu, et le parcours de l’exposition tend à dévoiler les différentes périodes Bauhaus dans un foisonnement de productions qui témoigne de la richesse de ses champs d’expérimentations. Suivant le cursus des étudiants dans les différents ateliers de l’école, la rétrospective fait dialoguer objets, mobiliers, textiles, dessins, maquettes et peintures en révélant toute l’énergie et la liberté du Bauhaus. D’inspiration baroque et un peu ésotérique à ses débuts (Kandinsky, Paul Klee), le tournant des années 1920 le mène vers une rationalisation qui verra naître les formes simplifiées et l’inclination pour les couleurs primaires qu’on lui connaît. C’est alors que Piet Mondrian donnera naissance à sa fameuse Composition en rouge, jaune, bleu et noir (1926) reprise des années plus tard par Saint Laurent. En 1925, le déménagement forcé à Dessau pousse l’école hors des murs de la ville et donne lieu, malgré le contexte politique, à des années particulièrement joyeuses, où les expérimentations de formes types pour l’industrie et d’objets sans décor s’accentuent davantage. Si l’école se voit obligée de fermer en 1933 avec la montée du nazisme et les menaces qui pèsent sur ses membres, l’esprit du Bauhaus s’est infusé jusqu’au XXIème siècle et les résurgences les plus contemporaines sont mises en lumière par le plasticien Mathieu Mercier à la fin de l’exposition. À travers une quarantaine d’œuvres d’artistes, designers, plasticiens et créateurs de mode, il témoigne de la permanence de l’esprit de l’école devenu mouvement artistique majeur.

Piet Mondrian

Piet Mondrian

Tous nés après 1960, ces artistes dialoguent à leur manière avec les œuvres Bauhaus du passé. Certains détournent les valeurs d’usage des objets utilisés dans leurs œuvres comme Oscar Tuazon qui crée des structures éphémères proches de la sculpture, réalisées à partir de matériaux ouvriers comme le bois, la pierre et le métal. Le cubain Jorge Pardo quant à lui semble évoquer la chaleur de l’univers Paul Klee à travers sculptures et installations. Andrea Zittel s’inspire du Bauhaus jusqu’à créer des structures de bois et de métal qui se révèlent être de véritables espaces de vie tout-en-un et fonctionnels sous l’apparence de sculptures d’art contemporain. D’autres œuvres contemporaines utilisent le détournement pour annihiler le caractère utilitaire des objets du quotidien comme celles de Leonor Antunes, artiste contemporaine majeure de la scène internationale qui crée des installations d’une extrême légèreté à base de tiges de laitons, de sangles de cuir et autres types de cordages…

Oscar Tuazon

Oscar Tuazon

Jorge Pardo

Jorge Pardo

Paul Klee

Paul Klee

Paul Klee

Paul Klee

Andrea

Andrea Zittel

Pierre Hardy

Pierre Hardy

Outre les artistes révélés par l’exposition, le Bauhaus se retrouve dans des éléments de vie actuels, que ce soit une paire de chaussure chez Pierre Hardy, féru d’un cubisme Bauhaus ou dans une ville comme Tel-Aviv, terre d’accueil de nombreux architectes et artistes juifs imprégnés de la philosophie et de l’esthétique Bauhaus, ayant fuit le national socialisme pour reconstruire une vie meilleure en terre sainte. Les formes géométriques cubistes et courbes sont légions dans l’architecture de la ville, souvent désignée comme « première ville Bauhaus du monde ».

© dailyshopwindow.com | http://bit.ly/2gcjNt3