Picasso. Mania

20 octobre 2015 - Exposition

Quelques mois après Jean-Paul Gaultier, c’est au tour d’un autre adepte de la marinière d’engorger les musées. Quarante-deux ans après sa mort en Provence, le génie de Pablo Picasso résonne encore dans la capitale et autour du globe. Synonyme d’Art Moderne, ce nom continue de faire vivre le mythe et son extraordinaire production. Érigée de son vivant, la légende Picasso vit depuis le 8 avril 1973 les premiers temps de son éternité. À travers Picasso. Mania, le Grand Palais explore le maître sous le prisme de ses manifestations actuelles…

Picasso. Mania

Picasso. Mania

Picasso. Mania

Picasso. Mania

Jusqu’au 29 février 2016, la galerie du Grand Palais convoque l’esprit de Pablo Picasso autour de cent chefs d’oeuvres,  parmi lesquels certains inédits, de celui qui fut l’un des plus importants artistes du XXème siècle. Dans un parcours qui consacre la postérité de l’artiste en faisant dialoguer ses oeuvres avec plus de 300 réalisations contemporaines des années 1960 à nos jours, l’exposition retrace les étapes clés de la formation du mythe. De ses grandes phases stylistiques à certaines oeuvres emblématiques comme Les Demoiselle d’Avignon ou Guernica, la confrontation de ce père de l’Art Moderne à quelques 78 noms de l’Art Contemporain dévoile une influence si manifeste qu’elle semble presque toucher au domaine de l’inconscient collectif. Jean-Luc Godard, Paul McCarthy, Jasper John, Roy Lichtenstein, Andy Warhol, Jean-Michel Basquiat, Jeff Koons… L’oeuvre de Picasso et le renouvellement constant de son art dans la peinture, le dessin, la sculpture ou le cinéma trouvent aujourd’hui écho en chacun d’eux, voire en chacun de nous tant celui qui débuta sa production artistique à l’âge de huit ans fut prolifique.

Picasso. Mania

Picasso. Mania – Pablo Picasso, Mousquetaire à l’épée 1969

Picasso. Mania - Roy Lichtenstein

Picasso. Mania – Roy Lichtenstein, Woman with Flowered Hat 1963

Andy Warhol. "Tête (d’après Picasso)", numéro XII, 1985.

Andy Warhol. « Tête (d’après Picasso) », numéro XII, 1985.

Vous continuerez longtemps à Peindre ? – Oui parce que pour moi, c’est une manie.Pablo Picasso, 11 mai 1959.

Quand Picasso meurt dans sa demeure de Mougins, à 91 ans, il ne lègue aucun testament mais un trésor insoupçonné, éparpillé aux divers endroits de sa vie ; des dizaines de milliers d’oeuvres d’art en héritage, conservées dans l’intimité du personnage médiatique. Des premières esquisses de son coup de crayon d’enfant aux toiles du maître qu’il est devenu, le commissaire priseur estime plusieurs mois de travail pour répertorier chaque croquis, gravure, lithographie, peinture, et autres correspondances ou collections personnelles… Il lui faudra trois ans pour établir l’inventaire de sa vie.

Picasso !

Picasso !

Plongée fascinante dans l’univers d’un génie qui gardait tout, le Musée Picasso lève le voile sur cet héritage sentimental à l’occasion d’une exposition anniversaire célébrant les trente ans d’existence du Musée. En possession de la plus importante collection publique au Monde des oeuvres de Pablo, le Musée Picasso traverse toute une vie de légende, de la plus infime facture d’électricité aux oeuvres ayant révolutionné le monde de l’art, comme la tête de Fernande, premier amour de l’artiste et première sculpture cubiste de l’Art Moderne.

Tête de Fernande, Pablo Picasso

Tête de Fernande, Pablo Picasso

Retour sur toutes les époques et tous les domaines de sa création, l’exposition propose un immense collage visuel réparti sur les 5 étages du musée. Dans une scénographie qui offre une lecture contemporaine des oeuvres de Picasso, évoquant les différentes techniques de composition du maître, de la superposition à la déconstruction, l’exposition explore les archives du Musée, mais également les archives personnelles de l’artiste, dont les “Picasso de Picasso”, créations venues tout droit de son atelier, qu’il se plaisait à appeler “laboratoire”.

Picasso !

Picasso !

De la perte d’un ami cher (période Bleue) au méandres d’un amour pouvant aller jusqu’à la déformation physique (période Rose), des grandes heures du collage avec intervention des objets du quotidien (papier peint, boîte à cigares, papier journal…) au surréalisme qui le mènera à un écart involontaire vers l’abstraction totale, du cubisme à la tauromaquia… Cette exposition anniversaire s’articule entre figure publique et être intime, avec en guise de conclusion, ses collections privées de Miro, Brassaï ou Matisse… Le résultat est une immersion totale dans l’univers d’un révolutionnaire du monde de l’Art. Un parcours à compléter le dimanche 26 octobre sur Arte avec le documentaire : “Picasso, l’Inventaire d’une Vie”.

© dailyshopwindow.com | http://bit.ly/1LHNyxG