Spoof by Nathalie Croquet

17 février 2015 - Exposition, Inspiration

Edie Campbell, Natalia Vodianova,  Gisele Bündchen, Mariacarla Boscono… C’était elle. Ex rédactrice mode de Biba, ancienne directrice de l’image chez Jean-Paul Gaultier, aujourd’hui styliste, Nathalie Croquet est un caméléon de la mode. Depuis la présentation de sa série photos Spoof – le travestissement en anglais, co-créée avec le photographe Daniel Schweizer, le maquilleur Cyril Nesmon, et le coiffeur Rodolphe Farmer, Nathalie Croquet réveille une drôle d’assoupie : la parodie.

 Nathalie Croquet reproduit la campagne Givenchy

Nathalie Croquet reproduit la campagne Givenchy

Campagne Givenchy

Campagne Givenchy

Jonglant avec les oeufs d’or d’une industrie marchande de rêve, Nathalie Croquet lui injecte un nouveau souffle : celui de l’humour et de la dérision. À travers Spoof, exercice parodique de haute volée et série mode 3.0, elle place son oeil expert au service d’un jeu des sept erreurs niveau confirmé.

Nathalie Croquet reproduit la campagne Lancôme

Nathalie Croquet reproduit la campagne Lancôme

Campagne Lancôme

Campagne Lancôme

Drôles, ses réincarnations en chaîne révèlent avec force auto-dérision la vérité des grandes campagnes publicitaires, démasquant avec bienveillance le fossé entre le monde fantastiquement fantasmé de la communication de mode et une réalité plus triviale parce que vivante. Prise en charge par une fine équipe de professionnels convoqués pour un shooting tout ce qu’il y a de traditionnel, Nathalie Croquet s’illustre avec brio dans ce numéro d’équilibriste qui joue de la frontière entre légèreté apparente et consistance du propos. Et si le souffle concentré qui émane d’une Nathalie Croquet mise en difficulté par des poses parfois étonnantes fait sourire, Spoof n’est pas une vulgaire singerie. Make-up, hair, retouche photo et mimique à l’appui, la finesse de la distinction entre réplique exacte et impression réaliste est telle que la profondeur du propos, sous couvert de rire, se lit avec  sincérité.

Nathalie Croquet reproduit la campagne Zadig & Voltaire

Nathalie Croquet reproduit la campagne Zadig & Voltaire

Campagne Zadig & Voltaire

Campagne Zadig & Voltaire

« Jamais ne m’a effleuré l’envie de tourner en ridicule ces campagnes de publicité qui sont le fruit d’un travail de qualité ».  Avant/après percutants, les clichés de Spoof jouent la ressemblance, laissant poindre ici ou là quelques détails issus d’une veine toute réaliste, révélateurs d’une démarche de ré-humanisation d’un papier glacé devenu trop glacial. Peau, âge, silhouette ou tombé capillaire ; le fabuleux contraste entre l’original et sa copie agit comme un bain révélateur. Chimériques ou absurdes, les clichés de l’imagerie publicitaire intelligemment confessés questionnent une féminité en mutation. 

Nathalie Croquet reproduit la campagne Eric Bompard

Nathalie Croquet reproduit la campagne Eric Bompard

Campagne Eric Bompard

Campagne Eric Bompard

Cœur du sujet de Spoof, la féminité, sous couvert d’humour, est révélée comme fiction fraîchement réaliste. Au fil de ses rôles, Nathalie Croquet est conquérante, impassible, drôle, inquiétante…  mais bien vivante. Narratrice de sa drôle d’autofiction, elle tend à ne pas trop maquiller la vérité, et trouve ce je-ne-sais-quoi d’authenticité qui attrape le cœur, marque l’esprit.

James Franco parodie un cliché de Cindy Sherman

James Franco parodie un cliché de Cindy Sherman

Cliché original de Cindy Sherman

Cliché original de Cindy Sherman

Héritière de la grande tradition du détournement, la démarche féministe de Nathalie Croquet se réclame ouvertement de ces artistes contemporains professionnels du changement identitaire. Des photographies de Cindy Sherman et Diane Arbus, aux récentes parodies hilarantes de John Malkovitch et James Franco, les inspirations de Spoof témoignent d’un désir générationnel de désacralisation et de réappropriation du Moi. Cherchant à recentrer le discours des campagnes de communication sans dévaloriser pour autant leur travail créatif, Nathalie Croquet fait écho aux propos de Kalle Lasn, co-fondateur du magazine Adbusters connu pour ses détournements anti-consuméristes de campagnes Calvin Klein ou Nike, militant pour “utiliser des outils de communication de masse pour vendre des idées plutôt que des objets”.

John Malkovitch - à gauche - parodie un cliché de Diane Arbus

John Malkovitch – à gauche – parodie un cliché de Diane Arbus

Incontournable, Dita Pepe, la photographe tchèque pose une question universelle : Que serions-nous aujourd’hui, si nous avions fait d’autres choix de vie ? Pays, union, enfants ou profession? Dès 1999, Dita imagine les destins qu’elles aurait pu avoir et tel un caméléon, commence une séries d’autoportraits minutieux et fascinants.Elle explore différents milieux sociaux : Tour à tour bourgeoise, paysanne, business woman ou bohème…Plus d’une centaine de photos composent Self-Portraits, un livre fabuleux qui nous renvoie à la grande interrogation du Destin !

Dita Pepe

Dita Pepe

Partir en quête d’une identité malmenée, c’est ce qui semble être le propre de la génération post-moderne. En témoigne l’infinie vague selfie, offrant des no make-up pictures à la pelle, parfois plus qu’étonnantes, si l’on considère le dernier cliché prêt-à-dormir du postiche vivant Zahia… Loin d’être schizophrène, la génération LOL aux manettes de la féminité révèle ses facettes avec humour et détachement. Keep calm and be funny !

 

© dailyshopwindow.com | http://bit.ly/1yQZl1L