The Color Show

21 juillet 2016 - Exposition, Inspiration

Après la vague rainbow, les couleurs s’invitent pêle-mêle dans notre paysage visuel. Nuances primaires, irruptions secondaires, percées tertiaires… C’est tout le cercle chromatique qui est invoqué pour ranimer un monde délavé, terni par la persistance du deuil…  Haut les co(ul)eurs !

Haut les couleurs avec Toilet Paper !

Ils sont artistes contemporains, photographes, amis et convient leur public à “une réunion semestrielle salace” à travers leur magazine Toilet Paper depuis 2010. Le duo italien Maurizio Cattelan et Pierpaolo Ferrari, propose depuis six ans un univers kitsch et tout bonnement barré à travers des clichés hyperréalistes passés à la moulinette de leur esprit critique. Amassés çà et là, digérés et recomposés, les visuels colorés de leurs photographies happent joyeusement l’esprit du spectateur via une accueillante apparence vintage avant que leurs mises en scène décalées, parfois absurdes ne soulève un véritable questionnement sur la société de consommation.

galeries-lafayette-jul-2016-paris-dailyshopwindow

Vitrine des Galeries Lafayette X Toilet Paper

galeries-lafayette-jul-2016-paris-dailyshopwindow-(2)

Vitrine des Galeries Lafayette X Toilet Paper

galeries-lafayette-jul-2016-paris-dailyshopwindow-(1)

Vitrine des Galeries Lafayette X Toilet Paper

Pétillant et grinçant, cet univers bariolé s’invite aux Galeries Lafayette Haussmann jusqu’au 10 septembre pour une exposition de 11 photographies célébrant le Paris estival. En vitrines, sous la coupole et au coeur de la Galerie des Galeries, les codes visuels de la mode, de la publicité et du cinéma se voient manipulés au profit d’une Tour Eiffel en vacances sur une île déserte ou d’une femme boutique. Contextualisée par des objets produits par le duo avec la complicité des éditeurs Seletti et Gufran, l’exposition offre une vision amusée de Paris dans un véritable shot de couleurs ensoleillées.

Les couleurs d'Antonio Lopez

Guitar Dress, 1982, Antonio Lopez

De l’autre côté de l’océan, un tout autre color show fait son numéro. Trente ans après la mort de l’illustrateur et photographe Antonio Lopez, New York lui rend hommage à travers “Future Funk Fashion”, rétrospective de ses plus beaux dessins de célébrités et de Big Apple. Le Museo Del Barrio ressuscite ainsi l’esprit de l’illustrateur majeur de la seconde moitié du XXème siècle en convoquant ses meilleurs croquis de pop stars, portraits de top models et esquisses d’escarpins et de costumes.

Les couleurs d'Antonio Lopez

Alvinia Bridges in Charles James shoes, 1978, Antonio Lopez

Ami de Karl Lagerfeld et Jessica Lange, collocataire de Jerry Hall, contributeur pour les magazines de mode les plus prestigieux, de Vogue à Harper’s Bazaar, Antonio Lopez révolutionnera le monde de la mode des années 60 et 70 grâce à un style vif, novateur et provocateur qui réveille la couleur à grands coups de pinceaux.

"Triangles Percés" : les couleurs de Felice Varini au MAMO

« Triangles Percés » : les couleurs de Felice Varini au MAMO

"Rebonds par les pôles" : les couleurs de Felice Varini au MAMO

« Rebonds par les pôles » : les couleurs de Felice Varini au MAMO

"Quatre droites aux trois croisements" : les couleurs de Felice Varini au MAMO

« Quatre droites aux trois croisements » : les couleurs de Felice Varini au MAMO

Enfin, c’est aux portes de la Méditerranée que la couleur apprend à dominer la planète bleue. Juchée au sommet de la Cité Radieuse de Marseille, “À Ciel Ouvert” façonne le béton du MAMO sous l’inspiration de l’artiste franco-suisse Felice Varini jusqu’au 2 octobre. Après Daniel Buren et Dan Graham, le fondateur du Marseille Modulor Ora Ïto convoque le roi du trompe-l’oeil pour un véritable face à face architectural. Après l’anamorphose de JR sur la Pyramide du Louvre, Felice Varini investit l’intérieur et l’extérieur du MAMO pour trois anamorphoses colorées bouleversant les volumes du monument du Corbusier. “Triangles percés”, “Quatre droites aux trois croisements”, “Rebonds par les pôles” sont autant de brisures géométriques pour l’espace réel du MAMO. Tout en couleurs, lignes et points de fuite matérialisés par Varini dévoilent une nouvelle dimension du bâti, à la fois fascinante et déconcertante.

© dailyshopwindow.com | http://bit.ly/29YMCWE