XVeme Biennale d’ architecture de Venise

18 octobre 2016 - Exposition, Inspiration

Haut lieu de culture et d’architecture, Venise présente jusque fin novembre une XVème édition de sa Mostra Internazionale di Architettura en faveur de la planète et des plus démunis. Directement menacée par le réchauffement climatique et les changements environnementaux qui affectent son niveau des eaux, la Cité flottante dévoile cette année une biennale d’architecture porteuse de solutions responsables, loin des éternels projets spectaculaires et démesurés.

Alejandro Aravena, commissaire de la biennale d'architecture de Venise 2016

Alejandro Aravena, commissaire de la biennale d’architecture de Venise 2016

Moment clé de la profession, la Biennale d’Architecture de Venise offre prestige et rayonnement à qui s’aventure en sa lagune. Condensé des dernières réflexions architecturales, urbanistes et paysagistes, elle offre au grand public un aperçu des tendances futures de l’architecture contemporaine internationale. Née en 1980, cette manifestation vise également à révéler ou confirmer le parcours de jeunes architectes via une remise de prix. Couronné du prestigieux Pritzker Prize en 2015, lauréat en 2008 du “Lion d’Or du Jeune Architecte Prometteur” de la biennale d’architecture de Venise avec son collectif Elemental, Alejandro Aravena tient le haut de l’affiche en cette XVème édition. À peine nommé commissaire de l’évènement, le chilien fait honneur à son militantisme en faveur des populations défavorisées et mobilise la crème de l’architecture autour d’un thème criant d’urgence et de simplicité… Acteur de premier plan dans la reconstruction de Constitution, ville chilienne détruite par le tremblement de terre et le tsunami de 2010, Alejandro Aravena imposait d’emblée son style en promettant un avant et un après Venise 2016, souhaitant renverser les codes d’une architecture grandiloquente et déconnectée des réalités humaines. Désireux d’exposer des projets pour “améliorer la vie des gens”, le quarantenaire donne ainsi le ton d’une édition qui tentera de combler le fossé entre l’architecture et les crises socio-politique avec le thème “Reporting from de front”.

Simon Velez, architecte du bambou

Simon Velez, architecte du bambou

Entre les murs de l’Arsenal, l’exposition officielle de la biennale “Nouvelles du front” réunit donc 88 participants de 37 pays différents pour répondre aux grands défis sociaux, écologiques et politiques du moment. Décor de placoplatre, rails en aluminium récupérés de l’édition précédente… Promesse tenue pour Alejandro Aravena qui verbalise d’emblée les préoccupations engagée de ce qui semble être le renouveau de l’architecture. “Périphéries”, “migrations”, pollution”, “durabilité”, “insécurités”, “catastrophes naturelles”, “réemploi”… Autant de mots clés qui laissent à croire que la lutte contre l’inégalité et la pauvreté est bel et bien en marche. Parmi les présentations, la plupart des professionnels de l’architecture responsable ont fait le déplacement. On retrouve le bambou dans tous ses états du colombien Simon Velez et la récupération éclairée des matériaux de démolition par le chinois Wang Shu. Côté Mexicain, Juan Casillas présente un projet de construction de maisons écologiques réalisées à partir de matériaux biodégradables avec l’aide de jeunes de Ciudad Jurarez, l’une des cités les plus violentes au monde.

Warka Water, projet mené par l'architecte Arturo Vittori

Warka Water, projet mené par l’architecte Arturo Vittori

Côté italien, Arturo Vittori du cabinet Architecture and Vision illustre les préoccupations profondes de cette architecture nouvelle avec son projet “Warka Water”, tour de récupération des eaux de pluie, rosées et autres brouillards, en bambou et plastique biodégradables. Entre impératif social et environnemental, le cahier des charges d’Alejandro Aravena semble rempli.

Maquette du pavillon français à la Biennale d'Architecture de Venise

Maquette du pavillon français à la Biennale d’Architecture de Venise

Dans les pavillons nationaux dispersés dans les Giardini, magnifiques jardins protégés des flots de touristes, 63 pays sans compter l’Italie exposent leur propre réponse à la thématique de la biennale. Dans le pavillon Français orchestré par le Grand Prix d’urbanisme Frédéric Bonnet et les jeunes lauréats 2015 des AJAP, c’est le profil ingrat de l’hexagone qui est visé. Intitulé “Nouvelles richesses”, le projet du collectif s’engage en faveur d’un cadre de vie de qualité notamment dans les territoires ruraux et périurbains malmenés par l’époque. À travers textes, dessins, maquettes, photos, films, des exemples d’opérations à la fois modestes et exemplaires tendent à prouver que le pire peut être réparé.

Maquette du pavillon allemand à la Biennale d'Architecture de Venise

Maquette du pavillon allemand à la Biennale d’Architecture de Venise

Le pavillon Allemand de son côté traite de front la crise des migrants en lui consacrant l’intégralité de son espace d’exposition. Comme un slogan politique, son thème “Construire une patrie. Allemagne. Terre d’accueil” est plus que frappant si l’on considère les murs du pavillon, éclatés pour signifier la porosité des frontières et des villes qui ne cessent de croître avec plus d’un million de réfugiés accueillis en 2015 en Allemagne.

L'Allemagne abat les murs de son pavillon à la Biennale d'Architecture de Venise

L’Allemagne abat les murs de son pavillon à la Biennale d’Architecture de Venise

En son pavillon, l’Espagne aborde la crise du bâtiment qui meurtrit son industrie et fait le choix de montrer la réponse d’une jeune génération d’architectes du pays, transformant “l’Inachevé”, ces bâtiments abandonnés en cour de construction par le secteur du BTP.

Le pavillon espagnol à la Biennale d'Architecture de Venise

Le pavillon espagnol à la Biennale d’Architecture de Venise

Placée sous le signe de la simplicité, la XVème édition de la Biennale d’architecture de Venise donne une résonance internationale et grand public à ces nombreux projets porteurs d’une même ambition : le progrès pour la planète et les populations.

© dailyshopwindow.com | http://bit.ly/2dojwRH