DANSE AVEC LA MODE

21 juin 2017 - Fashion

« Je suis tellement fier et honoré de concevoir les costumes du ballet français. C’est une expérience incroyable de faire partie des designers qui contribuent à la culture française. Apporter ma couture à l’héritage français est l’un de mes plus grands rêves. #Proud #CoutureMeetsBallet »

En une publication sur son compte Instagram à l’occasion de sa collaboration avec l’Opéra de Paris, Olivier Rousteing résume quelques saisons de mode passées, où le vêtement aura fait son entrée dans la danse, désankylosant les mannequins et réécrivant l’habillement par le mouvement. Les maisons de mode entrent en piste en collaborant de plus en plus fréquemment avec les chorégraphes, et assurent toujours le spectacle… Mode et danse : retour sur des rencontres qui ont marqué.

Olivier Rousteing et Sébastien Bertaud

Olivier Rousteing et Sébastien Bertaud

Le danseur et chorégraphe Sébastien Bertaud a fait appel au directeur artistique de la maison Balmain pour concevoir les costumes de Renaissance, un ballet dans lequel les danseuses jouent un rôle plus important qu’à l’accoutumée. Des femmes de caractères, à l’image de la Balmain Army d’Olivier Rousteing. « Cette merveilleuse compagnie est comme une armée classique. Il est question de cette nouvelle génération, de cette nouvelle énergie » conclue Sébastien Bertaud. Les costumes sont complexes, mais la signature Balmain – et Olivier Rousteing – est immédiatement reconnaissable. On retrouve le nude cher au créateur, cerné de perles, de pierres et de sequins. Pour les danseurs, les collants sont travaillés avec des reflets de cristal. « Je voulais qu’elles soient aussi glamour que possible » explique le couturier.

v

Sebastien Bertaud and Olivier Rousteing – Opéra de Paris,

 

La Planète Mode de Jean-Paul Gaultier

En ce moment à Montréal se déroule la première exposition internationale consacrée à Jean-Paul Gaultier – l’un des créateur qui aura poussé le dialogue danse et mode. En 2008, le chorégraphe Angelin Preljocaj lui commande des costumes pour la création de son ballet-féérie Blanche-Neige. « L’univers du conte pour Jean-Paul Gaultier, c’était incroyablement adapté. J’ai même longtemps hésité à le contacter en me disant que c’était trop évident. » explique-t-il. « Je trouve intéressante l’idée de partir du vêtement pour élaborer une chorégraphie, mais je ne souhaite pas que le costume gêne la danse. ».

Jean-Paul Gaultier pour Angelin Preljocaj

Jean-Paul Gaultier pour Angelin Preljocaj

Couture et ballet : tout a commencé en 1985, lorsque Jean-Paul Gaultier et Régine Chopinot imaginent Le Défilé, création atypique pour seize danseurs, comédiens et mannequins. Ce spectacle, mi-défilé, mi-ballet, a fait date dans l’histoire de la mode contemporaine en réconciliant une nouvelle génération de chorégraphes avec le costume de danse. Le Défilé met en scène des costumes étonnants, ici véritables manifestes des pièces chorégraphiques…

jean-paul gaultier x regine chopinot - Le défilé

jean-paul gaultier x regine chopinot – Le défilé

 

Rei Kawakubo x Merce Cunningham

En 2000, la pièce Scenario signe la rencontre entre deux grands expérimentateurs de la danse d’un côté, de la mode de l’autre : l’américain Merce Cunningham, et l’une des plus passionnantes stylistes japonaises, Rei Kawakubo. La créatrice de Comme des Garçons avait déjà fait parler en 1997 avec sa collection Body Meet Dress. Ces corps déformés par des rembourrages de tissus ont retenu l’attention du chorégraphe américain qui y a vu une façon de déplacer le centre de gravité du danseur. Une des rares rencontres qui fit du vêtement l’outil moteur de la recherche chorégraphique !

Issey Miyake x William Forsythe

En 1992, le créateur signe les 400 pièces de costumes de The Loss of Small Detail, fruit d’une réflexion poussée sur la fluidité d’un vêtement qui créerait des volumes inattendus, épouserait parfaitement les mouvements du danseur. « C’est une rencontre qui a favorisé la naissance, non pas seulement d’un costume de scène, mais d’un vêtement : le « pleats please », qui est né de la nécessité de libérer le corps du danseur, de fluidifier ses mouvements. En cela, on peut réellement dire que le couturier s’est servi de la danse comme laboratoire. » raconte Olivier Saillard, directeur du Palais Galliera, le musée de la Mode de la Ville de Paris.

Alexander McQueen x Michael Clark

En 2004, le défilé d’Alexander McQueen par le chorégraphe britannique Michael Clark surprend, et défraye la chronique. Parodie du film On Achève Bien Les Chevaux, les mannequins s’effondraient puis permutaient en danseuses.

Paul Smith x Jamie Neal

Lors du Pitti Uomo en janvier dernier à Florence, Paul Smith présentait sa ligne PS By Paul Smith sous la forme d’un show chorégraphié par le britannique Jamie Neale. Sur scène, huit danseurs professionnels alternaient figures acrobatiques, pas de danse classique et démonstrations de street dance, vêtus du vestiaire Automne/Hiver 2018 de la ligne bis du créateur anglais. « Nous avons choisi des danseurs issus de spécialités différentes pour illustrer la fluidité de nos vêtements. ». Une présentation qui faisait écho au thème du salon : la danse. « L’énergie de cette discipline apporte un souffle nouveau à la mode. » indiquait Agostino Poletto, directeur marketing du salon.

Kenzo x H&M x Jean-Paul Goude

Pour le lancement de la collection Kenzo x H&M en octobre 2016, Jean-Paul Goude se voit confier la mise en scène d’un show spectaculaire fusionnant mode et danse. Le photographe-metteur en scène a donc fait appel à l’une des stars du milieu, le chorégraphe américain Ryan Heffington, auteur de la danse du clip Chandelier de la chanteuse Sia, qui récolte plus de 1,6 milliard de vues sur Youtube.

Chanel x I Could Never Be a Dancer

Le duo de chorégraphes/directeurs artistiques/réalisateurs fondé par Carine Charaire et Olivier Casamayou a travaillé aussi bien pour la Comédie-Française que pour Chanel, Chloé ou Hermès. « Aujourd’hui, on signe un mouvement comme on signe un maquillage, un vêtement ou un décor » affirment-ils. « Longtemps, les mannequins n’ont été qu’une image plate, comme un simple portemanteau. Aujourd’hui, ce sont des corps en trois dimensions. ».

Nuxe x Benjamin Millepied

« Benjamin Millepied est un artiste contemporain, très complet. Tout ce qu’il véhicule à travers la danse nous plaît et nous correspond vraiment. Ce qu’il exprime, c’est une libération du corps, et des femmes en général. C’est la vision de la beauté développée par Nuxe : nous voulons contrer la notion d’enfermement parfois trop présente en cosmétologie » résume Cécile Debièvre, Vice-Présidente de Nuxe. Au programme de la campagne publicitaire Instinctive Beauty : de la danse contemporaine et de la poésie, dans un spot à l’esthétique épurée…

Nuxe x Benjamin Millepied x Allegra Preuss

Nuxe x Benjamin Millepied x Allegra Preuss

Longtemps acteurs de l’ombre, les chorégraphes entrent sous les feux de l’industrie de la mode. Créateurs, marques et magazines font appel à eux pour renouveler les poses des mannequins ou réinventer le lien entre vêtement et mouvement. La danse redonne vie à la mode, tout en réintroduisant de l’affect dans le produit. Par ailleurs, dans une époque où vivre healthy est une religion, la danse illustre une discipline saine, vertueuse et dynamique, en témoigne la pub ultra-énergique pour le parfum Kenzo World avec Margaret Qualley, et réalisée par Spike Jonze. Alors, on danse ?

Alizee Perrin

© dailyshopwindow.com | http://bit.ly/2rASHl3