Cyber-fashion et nouveaux mondes

30 juillet 2014 - Fashion

En avril 2014, Cara-volante créait l’évènement à la fashion week de Shanghaï, balayant du bout de son parapluie les aventures de Cara au supermarché mises en scène par Chanel quelques mois auparavant.

Cara Delevingne à Shanghaï pour Burberry

Cara Delevingne à Shanghaï pour Burberry

Mary Poppins des temps modernes, elle avait été conviée par Burberry à célébrer l’ouverture chinoise du plus grand flagship de la marque. Comme à son habitude, rien n’était dans la demi-mesure et la jolie blonde à la moue boudeuse avait clôt le show en beauté, virevoltant au-dessus d’un parterre en délire. Du Burberry tout craché.

Drône au défilé Fendi

Drône au défilé Fendi

Deux mois plus tôt, ce sont les petits robots volants de Parrot qui fendaient l’air du défilé Fendi lors de la présentation prêt-à-porter automne-hiver 2015. Premier défilé retransmis en direct par des drones, il aura sûrement inspiré la griffe anglaise pour son show nippon. L’oeuf, la poule… Le débat est en réalité tout autre car en parallèle à cette déferlente techno-fashion, voilà que l’exposition « Art Robotique » en remet une couche à la Cité des Sciences. Regard sur les métamorphoses artistiques opérées par l’usage de technologies comme l’électronique, l’informatique, le bionique ou la robotique, elle place les robots au coeur de son analyse et capte plus que jamais l’air du temps.

Catherine McNeil pour Numéro - Aout 2014

Catherine McNeil pour Numéro – Aout 2014

Impregnée de ces innovations tel une couche Pampers sous bébé, la mode, ce spectacle permanent, ne s’est pas faite prier pour introduire ce que l’on nomme « progrès » dans sa folie des grandeurs. Tendance sous-jacente depuis plusieurs saisons, la cyber-fashion et ses bizarreries inter-galactiques opère en 2014 un comeback fracassant.

Julien Fournié collection Haute Couture Automne-Hiver 2013-2014

Julien Fournié collection Haute Couture Automne-Hiver 2013-2014

D’abord initiée comme un regard vers le passé, la cyber-fashion faisait un retour Steampunk au show Couture Julien Fournié pour l’hiver 2013-2014. Révolution industrielle et époque victorienne se mêlaient alors dans une mise en scène d’un autre temps, à mi-chemin entre un film de science-fiction et la Symphonie N°5 de Gustav Mahler. Résultat, l’air grave de mannequins au cou allongé et aux cils recouverts de tubes d’or nous menait tout droit vers le génie et la modernité de ce show intitulé sobrement « Premières Chimères« .

Coco Rocha pour Citizen K "Le Meilleur des Mondes"

Coco Rocha pour Citizen K « Le Meilleur des Mondes »

Saison rétro-futuriste par excellence, l’automne-hiver 2014 emboîtait le pas de ce parti-pris Couture et rendait hommage à l’oeuvre de H.R. Giger, artiste plasticien de l’art biomécanique, à travers des séries mode revisitant les classiques 60’s version futuriste (Citizen K, « Le Meilleur des Mondes).

Vision optimiste d’un futur inconnu, le rétro-futurisme rejaillit ces jours-ci à travers des accessoires phares comme les lunettes miroir rondes façon savant fou, et dernièrement la sortie de la vidéo de campagne Kenzo automne-hiver 2015. Déformés ou désarticulés, les mannequins automates y évoluent mécaniquement dans un univers pop psychédélique où la perte de repères se veut totale, nous plongeant au coeur d’un monde alléchant d’étrangeté…

Mais la vision fantasmagorique de la cyber-fashion se veut parfois cauchemardesque ou inquiétante, comme le suggèrent deux artistes exposés actuellement au 104 dans leurs oeuvres respectives. Chen Zhen, à travers sa « Purification Room » prédit un avenir proche du scénario catastrophe quand Alice Mulliez, à travers ses « Vestiges » semblent enliser l’univers dans une nappe étouffante de décadence. S’interrogeant sur les possibles identités d’un futur proche, ils voient leurs hypothèses tragiques prendre vie à travers les collections cyber-fashion de l’hiver 2015.

Chen Zhen "Purification Room"

Chen Zhen « Purification Room »

McQueen et sa poupée vaudou Kate Moss entourée d’effrayants masques africains version Donnie Darko; Missoni et sa Joan Smalls perdue entre passé et futur au milieu de ruines antiques et d’alter ego robotiques; Lanvin et ses mannequins aux coiffures Tim Burton posant dans une réalité déformée par des prises de vue déroutantes… L’hiver 2015 ne semble pas envisager d’un très bon oeil l’avenir de ces prouesses technologiques, et la cyber-fashion au départ optimiste paraît peu à peu se transformer en prédiction funeste…

Kate Moss pour Alexander McQueen printemps-été 2014

Kate Moss pour Alexander McQueen printemps-été 2014

Imageries médicales, filtres holographiques et corps humains difractés… Ces métamorphoses irréelles du corps humain, aussi inquiétantes soient-elles ne seront jamais aussi dramatiques que les mannequins aux mensurations fantasmées que Primark s’est vu retirer du marché après le scandale provoqué par leurs côtes saillantes.

Campagne Missoni automne-hiver 2014-2015

Campagne Missoni automne-hiver 2014-2015

Entre utopie et dystopie, la cyber-fashion distille ses scénarios de science-fiction, rappelant au monde que la mode est avant tout un spectacle de société, mémo nécessaire qui tombe à point nommé…

Retrouvez nos vitrines cyber-fashion et nouveaux mondes sur notre site dailyshopwindow.com

dailyshopwindow-vitrines-créatives-creative-windows-vitrines-magasins-windows-shop-GALERIES-LAFAYETTE_14MAY19

GALERIES LAFAYETTE, Paris, 19/05/14

dailyshopwindow-vitrines-créatives-creative-windows-vitrines-magasins-windows-shop-Bergdorf_14JUN3

Bergdorf Goodman, NYC, 03/06/14

dailyshopwindow-vitrines-créatives-creative-windows-vitrines-magasins-windows-shop-Coach_14JUL16

Coach, NYC, 16/07/14

dailyshopwindow-vitrines-créatives-creative-windows-vitrines-magasins-windows-shop-LA-RINASCENTE-01_14JUNE16

LA RINASCENTE, MILANO, 16/06/14

© dailyshopwindow.com | http://bit.ly/1s4ciEX