Décors de défilés : les tendances

13 octobre 2016 - Fashion, Inspiration

Savant dosage d’artifices et de jeux de lumière, la scénographie des défilés est un ingrédient essentiel des collections. Spectaculaires et surprenantes, les décors printemps-été 2017 infusent d’ores et déjà leur aura dans les vitrines de la saison prochaine avec quatre tendances lourdes à retrouver dès le mois de décembre côté luxe et janvier pour le prêt-à-porter.

Néo-futurisme

Chez Anya Hindmarch, le podium est un concept explorant la fascination de la créatrice pour la géométrie du cercle. Dans une installation étonnante constituée de disques géants superposés en un relief architectural d’escaliers circulaires, les mannequins émergent et tournoient lentement. L’ambiance néo-futuriste est confortée par le disque de tissu tendu au-dessus de leurs tête diffusant la lumière de LED aux couleurs changeantes.

Défilé Anya Hindmarch printemps-été 2017

Décor du défilé Anya Hindmarch printemps-été 2017

Décor du défilé Anya Hindmarch printemps-été 2017

Décor du défilé Anya Hindmarch printemps-été 2017

Explorant plutôt la quadrature du cercle, Prada verse dans le quadrilatère avec une structure en métal grillagé et un catwalk de verre futuriste. Au centre, des écrans XXL se dressent pour diffuser le court-métrage “Past Forward” réalisé spécialement pour le défilé avec le réalisateur David O. Russel. Le sentiment de no man’s land moderniste qui émane de ce décor d’anticipation rappelle sans détour la scénographie de la Fondation Prada inaugurée l’an dernier à Milan.

Décor du défilé Prada printemps-été 2017

Décor du défilé Prada printemps-été 2017

Un brin plus organique, la modernité Carven foule ce qui semble être une toute autre planète. Sable rose et rochers artificiels surplombés d’un champ de néons, le défilé plante le décor d’un nouveau territoire d’étude scientifique.

Décor du défilé Carven printemps-été 2017

Décor du défilé Carven printemps-été 2017

Moins froid, mais tout aussi technologique, le décor du défilé Chanel opère un retour vers le futur avec un data center grandiose accueillant mannequins-robots en robe tailleur et câbles électriques par milliers pour illustrer le thème de saison : ”Intimate technology”.

Décor du défilé Chanel printemps-été 2017

Décor du défilé Chanel printemps-été 2017

Invitation du défilé Chanel printemps-été 2017

Invitation du défilé Chanel printemps-été 2017

Raw minimal

Cette saison, l’épure traditionnel se réincarne dans un minimalisme brut, rudimentaire ou presque primitif. Chez Dior, le décor signé Bureau Bétak convoquait dans le jardin du musée Rodin une immense structure aux lignes aiguisées. Volumes cubiques étirés, bancs de bois brut et catwalk en planches de bois clair, l’ambiance est dénuée de tout ornement, sharp comme un coup d’épée.

Défilé Dior printemps-été 2017

Défilé Dior printemps-été 2017

Entre les murs de son nouveau vaisseau, la machine Louis vuitton convoque elle-aussi un décor totalement vierge. Avant d’installer le décor d’hôtel particulier XIXème siècle imaginé pour ce nouveau voyage Vuitton de la place Vendôme, Nicolas Ghesquière entendait bien “capter ce lieu dans son moment totalement brut et saisir la pureté de son atmosphère”.

Défilé Louis Vuitton printemps-été 2017

Défilé Louis Vuitton printemps-été 2017

Chez Balenciaga et Hermès, la tabula rasa joue de la verticalité uniquement avec de gigantesques tentures blanches et blanc cassé. Plissée chez l’une, tendue chez l’autre, l’installation des pans de tissus est plus que minimaliste. À travers une immense rangée de sièges noir ou un jeu d’ombres créé par l’installation de projecteurs, un côté binaire dynamise ces deux décor immaculés, presque aseptisés.

Défilé Balenciaga printemps-été 2017

Défilé Balenciaga printemps-été 2017

Défilé Hermès printemps-été 2017

Défilé Hermès printemps-été 2017

Archi-tradi

Sculptures antiques et colonnes de pierre sont de rigueur cette saison à travers la tendance archi-tradi, retour aux sources maîtrisé et désir d’immémorial assumé pour qui souhaite asseoir des collections futures solidement bâties. Classicisme exacerbé chez Bottega Veneta, le décor du défilé printemps-été 2017 se situe dans les allées de l’Academia Della Belle Arti Di Brera à Milan. Dômes architecturaux, colonnes en enfilade, sculptures de maître, la tradition est prise au pied de la lettre.

Défilé Bottega Veneta printemps-été 2017

Défilé Bottega Veneta printemps-été 2017

Chez Givenchy et Kenzo, un subtile twist moderniste donne un coup de baguette magique à l’évocation d’archi-tradi. Dans la nuit du Jardin des Plantes, les invités emmitouflés de couvertures de survies argentées observent les mannequins Givenchy défiler sur un catwalk en miroirs géométrique sous l’oeil stoïque des sculptures centenaires. Côté Kenzo, l’audace pousse Humberto Leon et Carol Lim à revisiter la sculpture dans une interprétation résolument… vivante. Entre les murs de la Cité de l’Architecture et du Patrimoine, aile Palais de Chaillot, hommes et femmes maquillés en statues restent immobiles pendant l’intégralité du show… De pierre ou de chair ? Le débat est lancé !

Défilé Givenchy printemps-été 2017

Défilé Givenchy printemps-été 2017

Défilé Kenzo printemps-été 2017

Défilé Kenzo printemps-été 2017

Pas de statues chez Saint Laurent mais un premier défilé qui impose la nouvelle stature d’Anthony Vaccarello. Sous les arcades dépouillées des bâtiments en travaux du ministère de la Défense, futur siège de la griffe, les mannequins défilent entre passé, présent et futur. Un léger vent de nostalgie envahit le spectacle dans les ruines de la cour centrale, rapidement contrebalancé par l’ultra-modernité de l’immense logo lumineux YSL planant comme un présage, suspendu au bout d’une grue peinte en bleu. La succession est en marche.

Défilé Saint Laurent printemps-été 2017

Défilé Saint Laurent printemps-été 2017

Défilé Saint Laurent printemps-été 2017

Défilé Saint Laurent printemps-été 2017

Fresh Air

À ciel ouvert ou mis au vert, un nombre significatif de défilés exprimait son envie d’un nouvel air pour le printemps-été 2017. Descendus dans la rue, les shows Tommy Hilfiger, Ralph Lauren, Kanye West et Koché semblaient appuyer l’importance du tournant See Now Buy Now, orienté consommateurs et non plus acheteurs. Dans un port longeant l’East River, le défilé Tommy Hilfiger printemps-été 2017 reconstituait une fête foraine dans un esprit guinguette ultra réaliste. Planches de bois au charme vieilli en guise de catwalk, guirlandes lumineuses et grande roue, tout était réuni pour célébrer la nouvelle ère de la mode instantanée, du podium à la rue.

Défilé Tommy Hilfiger printemps-été 2017

Défilé Tommy Hilfiger printemps-été 2017

fall_2016_tommynow_set_shot_10_jpg_931_north_700x_white

Littéralement dans la rue, Ralph Lauren avait choisi la devanture de sa boutique de Madison Avenue en guise de catwalk éphémère. Surmontée d’une structure de verre épurée et lumineuse, le show semblait rejouer un indien dans la ville. Moins sophistiqués, les show Kanye West et Koché se déroulaient réellement à ciel ouvert ; sous le soleil de plomb de la pelouse de Roosevelt Island face à un ancien hôpital désaffecté pour le premier, sous la Canopée des Halles au milieu des passants intrigués pour le second.

Défilé Ralph Lauren printemps-été 2017

Défilé Ralph Lauren printemps-été 2017

new-york-ny-defile-kanye-west-7-septembre-2016-1

Défilé Kanye West printemps-été 2017

Défilé Koché printemps-été 2017

Défilé Koché printemps-été 2017

Le second pan de la tendance fresh air s’illustre à travers foule de reconstitutions de jungle exotique, entre les murs cette fois-ci. En son coeur, le show Paule Ka est sans doute le plus poétique, dévoilant une nature luxuriante sous la grande serre du jardin des plantes. Mannequins et looks désincarnés semblaient jouer à cache-cache dans ce paradis d’exotisme.

Défilé Paule Ka printemps-été 2017

Défilé Paule Ka printemps-été 2017

Lourdement chargé en chlorophylle, le show Balmain oscillait entre luxe et luxuriance. Au coeur de l’hôtel parisien Potocki, tentures et chandeliers jouxtaient végétaux XXL et parterre mis au vert (luisant)... Ambiance jungle chic pour la Balmain Army. Lacoste, Rodarte et Dolce & Gabbana versaient aussi dans le végétal avec trois variations libres sur le jardin d’intérieur.

 

Défilé Balmain printemps-été 2017

Défilé Balmain printemps-été 2017

Défilé Lacoste printemps-été 2017

Défilé Lacoste printemps-été 2017

Défilé Rodarte printemps-été 2017

Défilé Rodarte printemps-été 2017

Défilé Dolce & Gabbana printemps-été 2017

Défilé Dolce & Gabbana printemps-été 2017

© dailyshopwindow.com | http://bit.ly/2deMqU1