Emojis Mania

4 décembre 2014 - Fashion

« Il n’y a pas de mot.» Décrire sa peine, sa joie, sa haine par écrans interposés relève plus souvent du défi Fort Boyard que de la grande littérature. Grâce au ciel – enfin, aux Japonais – les emojis sont arrivés pour nous enlever cette épine du pied. Alors que 61% des Français possèdent un smartphone, ces petits marqueurs visuels souvent bienveillants qui ponctuent nos conversations digitales sont devenus omniprésents.

Le clavie emoji d'Apple

Le clavie emoji d’Apple

Intégrés dans le nouvel alphabet Apple en 2011, ces deux-cent cinquante caractères improbables sensés styliser des actions – vous avez déjà croisé un homme jaune poussin sans cheveux, ni oreilles, ni nez ? – sont devenus le prolongement de notre langage corporel. À la fois parfaitement universels et complètement personnels, ils réincarnent le langage numérisé à tel point que le mot emoji a fini par trouver sa place dans l’Oxford English Dictionary.

L'application emoji lancée par HArper's Bazaar lors de la Fashion Week en février 2014

L’application emoji lancée par HArper’s Bazaar lors de la Fashion Week en février 2014

Caution émotion de nos nouveaux modes de communication avec plus de 300 emojis par seconde échangés mondialement rien que sur Twitter selon le site emojitracker.com, ils ne se destinaient pas à une telle success story… Remontons une vingtaine d’années en arrière, aux débuts de la génération 90. Alors qu’Ophélie Winter tente une première approche musicale et que Britney Spears se prépare en coulisses à devenir le présent, le futur et l’avenir de toutes une génération, les adolescentes japonaises remplissent des albums entiers d’autocollants standardisés. Ensuite, c’est l’escalade. Sur fond de Baby One More Time…, le premier emoji pour téléphone mobile voit le jour au pays du sushi. Retenant la leçon de Britney, il reviendra plutôt deux fois qu’une, sa démocratisation facilitée par la notoriété grandissante de l’influence nippone et l’explosion des outils de communication privés nécessitant une expression rapide.

Smiling Poop

Smiling Poop

Nouvel argot 2.0, les emojis comblent aujourd’hui massivement notre côté regressif et réchauffent nos conversations digitales en instaurant une complicité là où les mots seuls faillissent. Qui ne s’est jamais sauvé la mise en intégrant un smiling poop (crotte souriante) bien senti pour conclure une déclaration d’amour ratée ? Quand Ophélie s’engourdit, quand Britney renaît, les emojis prennent vie… Prêts à shaker du booty comme Beyoncé dans une version bien à eux du clip Drunk In Love, rugissant leur puissance sur Roar de Katy Perry (1 million de vue sur Youtube pour l’un des clips les moins chers de l’histoire du clip), les emojis persistent et signent.

Beyoncé (feat. Jay-Z) « Drunk in Love » Unofficial Emoji Video from JESSE HILL on Vimeo.

Construits à la manière des idéogrammes ( « e » pour image et « moji » pour lettre en japonais), ces mignonneries naïves nous mènent parfois à des dérapages langagiers fort gênants pour notre intégrité morale – avouez qu’enchaîner quarante cœurs, trois bisous et un Elvis qui se déhanche relève plus du balbutiement pouponnesque que du langage d’adulte responsable. Cependant, face à la recrudescence des cas d’incursions emojis dans une conversation écrite, certains jugent bon de s’accaparer le phénomène pour l’introduire dans des débats de société quelque peu houleux.

Flirtmoji par Katy McCarthy

Flirtmoji par Katy McCarthy

Ainsi, alors que certains se battent pour la diversité raciale des emojis avec l’Unicode Consortium (comprendre Académie Française des emojis), alors que l’artiste Katy McCarthy revendique de représenter toutes les tendances sexuelles avec son application Flirtmoji non hebergée par Android et iOS, alors que votre mère enchaîne grenouille, seringue et crevette tempura dans une suite illogique de toute évidence dénuée de signification (en emojis comme dans la vie, nous ne sommes pas tous égaux), Karl Lagerfeld a décidé de coloniser ce territoire encore vierge de son profil géométrique.

L'application Emotikarl

L’application Emotikarl

Comme à son habitude, c’est un coup de maître pour le designer le plus connu au monde. Icône mondiale ayant fait de son nom une étiquette marketing imparable, Karl Lagerfeld était à juste titre décrit comme le « premier produit de consommation mondiale » dans le dernier Stylist. Quoi de plus évident alors de transcrire son visage et ses fidèles attributs en caractères imagés pour la sortie de son premier parfum en mars dernier ?

La pochette Emoji Sonia By Sonia Rykiel

La pochette Emoji Sonia By Sonia Rykiel

Si elle est de loin le produit le moins cher et le plus démocratisant du géant de la communication Karl Laferfeld, l’application ÉmotiKarl est l’une des rares voie d’expression emoji à ne pas exploiter la tendance en véritable manne financière… Six ans après la collaboration Castelbajac X Smiley, la mode s’empare aujourd’hui massivement de l’emoji mania. Stella McCartney et sa capsule « The Stellasuperheroes », les mignonnes pochettes Sonia by Sonia Rykiel ou Anya Hindmarch, le pull en cachemire à tête de mort emoji de Lucien Pellat-Finet… La vague régressive qui nous submerge actuellement a mis le grapin sur ces créatures digitales et ne semble pas résolue à lâcher le morceau pour l’instant.

La pochette smiley de Anya Hindmarch

La pochette smiley de Anya Hindmarch

Agitant scientifiques, sociologues et votre petite nièce, il ne fait aujourd’hui plus aucun doute que le cerveau réagit de la même manière face aux emojis que devant un visage humain. Nec plus ultra de la communication sensorielle, l’emoji est une sorte de Graal digital devenu matériel qui nous déride et brise l’isolement, alors à l’envi usons-en !

Emoji Dick

Emoji Dick

PS : Interdiction d’acheter la traduction intégralement emoji de Moby Dick disponible à 33€ sur emojidick.com.

Retrouvez toute la tendance Emoji dans nos vitrines sur notre site dailyshopwindow.com

dailyshopwindow-vitrines-créatives-creative-windows-vitrines-magasins-windows-shop-Stella_McCartney_2014_NOV12

Stella McCartney, London, 12/11/14

dailyshopwindow-vitrines-créatives-creative-windows-vitrines-magasins-windows-shop-Lucien-Pellat-Finet_14AUG20

Lucien Pellat-Finet, Tokyo, 20/08/14

 

© dailyshopwindow.com | http://bit.ly/1tIHqso