En souvenir de Maria Luisa

14 avril 2015 - Fashion

Emportée par une longue maladie le 7 avril dernier, Maria Luisa était une des figures de la mode parmi les plus respectées. Acheteuse de mode, sa personnalité provoquait l’admiration et forçait un respect à la mesure de son humanité et de sa sincérité. À l’annonce du décès, l’ensemble de la profession lui a porté un hommage unanime, preuve du rayonnement de celle qui avait consacré les vingt dernières années de sa vie à soutenir les désormais monstres sacrés de la mode contemporaine.

Maria Luisa

Maria Luisa

Dans un milieu régi par les grands groupes et leurs commerciaux gavés aux écoles de commerces, Maria Luisa Poumaillou, que tout le monde appelait par son prénom, avait la bienveillante singularité des vrais passionnés. Martin Margiela, John Galliano, Nicolas Ghesquière, Helmut Lang, elle avait eu l’audace de les accueillir dans son concept store de la rue Cambon dès ses débuts en 1988, sans craindre l’apparent choc créatif de cet assortiment de talents.

@nicolasghesquiereofficial : "No word to say how much you will be missed beautiful Maria Luisa . I will always remember your sharp eye , your joy , your generosity you opened the door for so many of us .Thank you for your unconditional friendship and love . You will always stay in my heart"

@nicolasghesquiereofficial : « No word to say how much you will be missed beautiful Maria Luisa . I will always remember your sharp eye , your joy , your generosity you opened the door for so many of us .Thank you for your unconditional friendship and love . You will always stay in my heart. »

En deuil, de nombreuses personnalités regrettent déjà Maria Luisa et parmi elles l’une de ses meilleures trouvailles Nicolas Ghesquière. À l’origine d’une pensée bouleversante sur son compte Instagram, l’actuel directeur artistique de Louis Vuitton n’a pas manqué de lui adresser un chagrin mêlé de reconnaissance  : « Je n’oublierai jamais ton œil aiguisé, ta joie et ta générosité. Tu as ouvert les portes pour tellement d’entre nous. Merci pour ton amour et ton amitié inconditionnels. »

Portrait de Maria Luisa pour sa boutique éponyme

Portrait de Maria Luisa pour sa boutique éponyme

Dénicheuse de talents à l’oeil aiguisé, Maria Luisa avait pourtant laissé éclater sa passion sur le tard. C’est auprès de sa mère qu’elle découvre les premières présentation de Haute Couture lors de son enfance au Vénézuéla. Chassée par un coup d’État, elle fuit avec sa famille à Paris, étudie à Science Po avant de retrouver sa patrie. C’est finalement près de son second mari qu’elle se lance dans l’un des premiers multimarques de “créateurs”. Sa sélection “au coup de coeur” offre au début des années 1980 une vision de la mode pointue et atypique, dans un marché de plus en plus étouffé par les standards commerciaux. Forte de son succès, elle ouvre rapidement un deuxième espace rue du Mont-Thabor à Paris et finit par déplacer son concept store au Printemps Haussmann, pour qui elle obtient le titre unique de Fashion Editor. Témoignage de l’apport qu’elle offre à la mode, cette nouvelle fonction lui permet de perpétuer son amour pour le milieu tout en délocalisant ses activités d’acheteuse en Chine et au Qatar, où elle ouvre boutique.

Devenue en quelques années un souffle vital pour la profession, Maria Luisa avait également réussi à développer son propre vestiaire créatif. Également distribuée au Printemps, cette avant-gardiste laisse aujourd’hui une empreinte très personnelle au métier. Auto-proclamée “alternative” aux monomarques et aux boutiques de créateurs en nom propre, cette pionnière du multimarque de designers se plaisait à dire qu’elle n’était pas à  l’écoute du marché. “Mon travail est de surprendre et de séduire des amateurs éclairés”, avait-elle confié, résumant humblement l’incroyable créativité des propositions de son concept store

Collection Maria Luisa distribuée au Printemps

Collection Maria Luisa distribuée au Printemps

Aujourd’hui, le boom des multimarques de designers en dépit de la crise et de l’essor des boutiques de créateurs atteste de l’importance de cette proposition lancée en 1980 par les pionniers Armand et Martine Hadida, fondateurs de l’Éclaireur. Premier concept store, implanté à Paris, l’Éclaireur ose alors le mix mode et design, avec la profonde ambition de devenir tremplin pour la jeune garde créative. Aujourd’hui, il figure avec les boutiques Maria Luisa parmi les étapes incontournables des passionnés de mode, grâce notamment à ses vitrines ultra créatives, véritables mises en scènes inspirationnelles.

dailyshopwindow-vitrines-créatives-creative-windows-vitrines-magasins-windows-shop-L'eclaireur_02_20MAR2015

L’Eclaireur, Paris, 03/15

En 1997, c’est Colette qui fait son entrée et installe à tout jamais l’esprit concept store dans le coeur des acheteurs, offrant à la rue Saint-Honoré un rayonnement international. Avec sa fille Sarah, Colette suit son instinct pour dénicher les futures exclusivités et offrir l’innovation créative en flux tendu. Dernière exclusivité en date, l’Apple Watch atteste du rayonnement international de la “petite” boutique Colette.

dailyshopwindow-vitrines-créatives-creative-windows-vitrines-magasins-windows-shop-Colette_01_10APR2015

Colette, Paris, 04/15

En 2009, un concept store d’un nouveau genre apparaît! 1500 m2 voués à la mode et la maison,2 restaurants, 1 café littéraire,  Merci est le premier magasin solidaire puisque 100% des bénéfices sont reversés à des associations de Madagascar.

Merci-concept-Store

Le concept store Merci

Ouvert en 2014 dans le Marais parisien, le multimarque de designers Tom Greyhound figure parmi les rangs de la relève concept store. Leader de la mode en Corée, le groupe Tom Greyhound propose une trentaine de marques dans son fief parisien situé rue de Saintonge. Incontournables comme Alexander Wang ou récemment encensés comme Sacai, les labels du portefeuille de Tom Greyhound ont l’empreinte “jeune” et bankable. 

dailyshopwindow-vitrines-créatives-creative-windows-vitrines-magasins-windows-shop-Tom-Greyhound-02-15MAR04

Tom Greyhound, Paris, 03/15

Autre étape internationale, Londres offre à ses visiteurs l’alter ego haut-de-gamme d’Urban Outfitters avec le concept store américain Anthropologie situé à Regent Street. Laboratoire de trouvailles, on y trouve le mélange parfait de vêtements et accessoire pour un style remarquable et remarqué.

dailyshopwindow-vitrines-créatives-creative-windows-vitrines-magasins-windows-shop-Anthropologie_15Mar7

Anthropologie, NYC, 03/15

À New-York, c’est bien sûr Opening Ceremony qui tient le haut du podium des multimarques. Fondé par Humberto Leon et Carol Lim, le duo surpuissant à la tête de Kenzo propose ce concept store ultra-pointu en parallèle de leur propre label Opening Ceremony. Présent dans les grandes capitales de la mode mondiale et online, le multimarque est connu pour ses nombreuses collaborations, aussi niches que prestigieuses, notamment avec Chloë Sevigny.

dailyshopwindow-vitrines-créatives-creative-windows-vitrines-magasins-windows-shop-OpeningCeremony_15FEB15

Opening Ceremony, NYC, 02/15

Tokyo également s’illustre au rayon multimarques avec Tomorrowland, un jeune et ambitieux concept store qui développe une offre homme particulièrement riche et attractive, flairant avant l’heure l’importance croissante de l’homme dans l’industrie de la mode et du luxe.

dailyshopwindow-vitrines-créatives-creative-windows-vitrines-magasins-windows-shop-TOMORROW-LAND_01

Tomorrow Land, Tokyo, 04/15

Vivier créatif en plein essor, les multimarques de créateurs que l’on retrouve en temps réel sur Dailyshopwindow.com témoignent aujourd’hui d’une réalité de plus en plus ignorée par les géants de la mode : se distinguer pour exister. Les nombreux succès d’aujourd’hui doivent beaucoup à la pionnière passionnée qu’était Maria Luisa.

© dailyshopwindow.com | http://bit.ly/1zcGMqi