Gloire a Grumbach

16 juillet 2014 - Fashion

220002_128937857184533_3150522_o-1

La Fashion Week, c’était lui. En poste depuis seize ans à la présidence de la Fédération Française de la Couture, du Prêt-à-porter des Couturiers et des Créateurs de mode, Didier Grumbach, soixante-dix-sept ans, a annoncé le premier juillet la fin de son règne.

Figure centrale de la mode en France, il avait notamment la lourde tâche de gérer, chaque saison, les calendriers de Fashion Week. D’une discrétion assumée, il occupait le front row de chaque défilé parisien, faisant preuve d’un immense respect pour la création de mode française. C’est sans suspens que l’Assemblée Générale de la Fédération lui a ainsi rendu un hommage unanime en lui remettant mardi dernier le titre honorifique de Président d’Honneur.

Didier Grumbach

Didier Grumbach

Il faut dire que Monsieur Mode et son parcours au sein de l’Industrie la plus glamour de France forcent l’admiration. Licencié de droit, il n’attend pas le premier cheveu blanc pour devenir PDG. À la tête de l’entreprise familiale C.Mendès du haut de ses vingt-quatre ans, il enchaîne les succès jusqu’à devenir en 1966 cofondateur associé et cogérant de Saint-Laurent Rive Gauche. Visiblement né pour gouverner, il est nommé président de Thierry Mugler en 1978. Également Président de la Chambre Syndicale de la Couture Parisienne et en charge de l‘association Villa Noailles d’Hyères qui accueille notamment le festival de la Mode et de la Photographie, il suit de près l’avenir de la création française et scrute les talents émergents comme un jardinier bichonne ses bourgeons.

Didier Grumbach

Didier Grumbach

Bien loin du jeunisme démagogique – Grumbach n’est pas de cette race là – il a su entretenir le compagnonnage très français et l’esprit de parrainage qui existe entre marques établies et jeunes Créateurs, faisant incontestablement avancer l’Histoire du Costume en ouvrant la sphère de la mode à des créateurs émergents dont les carrières ont souvent été propulsées à l’international.

École de la Chambre Syndicale de la Couture Parisienne, vivier de la création de mode française

École de la Chambre Syndicale de la Couture Parisienne, vivier de la création de mode française

Les stratégies ambitieuses de Grumbach auront permis de renforcer le rôle de Paris comme capitale incontestée de la mode et de renforcer l’appellation Haute Couture et son ouverture aux marques nouvelles. Prestige international et santé économique, la création française se porte bien et Ralph Toledano, successeur de Grumbach à la tête de la Fédération Française de la Couture, se devra d’entretenir à son tour le rayonnement de Paris, véritable plaque tournante du style.

Ralph Toledano

Ralph Toledano

L’ancien PDG de Guy Laroche et de la maison Chloé, actuellement à la tête de la division mode du groupe espagnol PUIG ( Nina Ricci, Jean-Paul Gaultier, Paco Rabanne,…) prendra ses quartiers en septembre 2014 à la gouvernance de l’instance parisienne, épaulé d’un président exécutif – poste inédit jusqu’alors – également nommé le premier juillet. Si un pincement au coeur se fait sentir avec le départ de Grumbach, nul doute que le duo Toledano-Wargnier saura prendre soin de ses talents parisiens, Ralph Toledano ayant d’ores et déjà annoncé qu’il souhaitait faire de l’École de la Chambre Syndicale de la Couture Parisienne un sérieux concurrent à la London’s Central Saint Martins… À suivre.

© dailyshopwindow.com | http://bit.ly/1oYfqkD