Granny Maniac

10 septembre 2015 - Fashion

« Du passé faisons table rase. » Vieil adage communiste, l’expression la plus populaire de l’Internationale ne semble pourtant pas du goût de tout le monde cet automne. Alors que Balmain, roi de l’hyperféminité, célèbre déjà avec fracas les festivités de sa collaboration avec H&M, un règne plus distingué s’apprête à triompher. Si les hommages n’ont pas manqué de commémorer la reine Élisabeth II d’Angleterre pour son record du règne le plus long de l’Histoire – 63 ans en date du mercredi 9 septembre 2015, force est de contacter que la mode s’est mise au diapason avec un granny style omniprésent pour l’automne-hiver 2015.

Gucci automne-hiver 2015

Gucci automne-hiver 2015

Chanel automne-hiver 2015

Chanel automne-hiver 2015

Moins provoc’ et beaucoup plus subtile, la nouvelle féminité de la rentrée se penche sérieusement sur le style de nos grand-mères. Fourrure à tout va chez Lacoste, Gucci, Céline, Prada, colorée chez Moschino, léopard chez Vuitton ; boucles d’oreilles façon clips en héritage chez Miu Miu, Chanel ou Moschino ; c’est aussi à qui tweede le mieux chez Chanel, Prada ou Gucci. Dans le même temps, l’automne s’attarde sur les teintes khaki, moutarde, marsala et autres rosé poudré ou vert dragée, pendant que les séries mode célèbrent un mix 60’s 70’s actualisé version femme d’intérieur qui s’ignore. À noter également, la rétrospective Pierre Paulin qui s’apprête à prendre d’assaut le Centre Georges Pompidou dès le 21 octobre. Designer phare des années 70, si vous avez connu le formica, vous connaissez Pierre Paulin. Rétro, c’est trop ! La rentrée gavée au vintage comme une oie à Noël ne peut plus contenir ce granny style délicieusement poétique, savamment imposé par son ambassadrice de choix, Miuccia Prada.

Chaise Pierre Paulin

Chaise Pierre Paulin

Designer star du printemps dernier, Prada inaugurait la nouvelle adresse milanaise de sa Fondation. En marge de l’Expo Milano 2015, son bar Luce imaginé par Wes Anderson, maître de l’esthétique régressive précisément soignée, n’a pu empêcher les puristes de s’émerveiller. Rencontre de poids sur la balance influence, le duo Prada-Anderson remportait tous les suffrages, signant d’une main assurée le retour d’un spleen distingué. Ainsi, c’est tout naturellement que l’on retrouve lunettes teintées, tailleurs en tweed et couleurs passées de la collection Prada automne-hiver 2015… Fidèle à son ADN, l’emphase de l’italien ne nous aurait pas mis la puce à l’oreille sans un étrange retournement de situation chez le florentin Gucci.

Fondation Prada, bar Luce

Fondation Prada, bar Luce

Prada automne-hiver 2015

Prada automne-hiver 2015

Pendant que Wes Anderson colonise le devant de la scène ce mois-ci, avec l’hommage de l’illustrateur Mark Dingo Francisco, à l’origine de cartes postales tirées des films du réalisateur américain, le style désuet poursuit son ascension et terrasse feu le bling Gucci. Remplaçant au pied levé Frida Giannini en janvier dernier, Alessandro Michele offrait au label un virage percutant. Avec une première collection rasant à vif la sophistication glamour de Frida, le nouveau D.A. lançait à grand lés de tapisseries, lavallières et broderies un romantisme vieillot mais pour le moins charmant.

Le Grand Budapest Hotel de Wes Anderson en carte postale

Le Grand Budapest Hotel de Wes Anderson en carte postale

Gucci automne-hiver 2015

Gucci automne-hiver 2015

Gucci automne-hiver 2015

Gucci automne-hiver 2015

De retour au printemps 2015, il embarquait Gucci pour une Croisière 2016 tout béret dehors, lunettes papillons à bord. Qualifié de “grannified” par le quotidien The Independent, le vestiaire Gucci répercute ainsi l’onde de choc grand-mère, non sans rappeler les classiques de Mr Anderson. Ici une mule en cuir fourrée, clin d’oeil à Moonrise Kingdom, là un look étriqué à la Margot TenenbaumAlessandro Michele n’est pourtant pas seul à cuisiner l’excentricité mémère.

Gucci croisière 2016

Gucci croisière 2016

Nina Ricci automne-hiver 2015

Nina Ricci automne-hiver 2015

 

Suivi de près par une floppée d’inspirés, il fait équipe avec Guillaume Henry pour Nina Ricci au granny plus poétique et vraiment réussi.

Lacoste automne-hiver 2015

Lacoste automne-hiver 2015

Lacoste automne-hiver 2015

Lacoste automne-hiver 2015

Finalement, on repose ses mirettes chez LacosteFelipe Oliveira Baptista savoure le survêtement ouvertement René de mamie tennis. Surmonté d’un vison de taille et d’un bandeau éponge, le tout s’imagine défiler sur la croisette façon gangs of mémé. Laisse pas trainer ton fils.

Retrouvez toutes les vitrines de la tendance « Granny » sur notre site dailyshopwindow.com

dailyshopwindow-vitrines-créatives-creative-windows-vitrines-magasins-windows-shop-Prada_aug_2015_MILAN

Prada, Milan, 08/15

dailyshopwindow-vitrines-créatives-creative-windows-vitrines-magasins-windows-shop-(Gucci_jul_2015_MILAN

Gucci, Milan, 08/15

© dailyshopwindow.com | http://bit.ly/1NjE0Jh