Liberty

12 avril 2016 - Fashion, Inspiration

Égarée des sentiers de la rentabilité, abandonnée par toute une lignée de géniteurs, l’enseigne de grands magasins Liberty London a trouvé son salut en 2008 auprès d’Ed Burstell. Elle, une centenaire fatiguée de Regent Street ; lui, un ex-junkie du New York gay des années 1980, tous deux forment depuis lors un couple parfaitement décalé et terriblement tendance…

Liberty London

Liberty London

Au palmarès des institutions les plus anciennes d’Angleterre, Liberty London fait ses débuts en tant que magasin de tissu. À sa tête, Arthur Liberty, globe-trotter amoureux des couleurs et des produits d’Asie vend toutes sortes de marchandises venues d’Orient : porcelaines et soierie chinoises, tissus indiens, éventails japonais… Nous sommes en 1875, le grand magasin Harrod’s est encore une épicerie fine . En 1884, Arthur Liberty développe alors le « Liberty » : un tissu délicat, si fin qu’il se confond avec la soie et laisse apparent le motif aussi bien sur l’endroit que sur l’envers. Dès les années 70, le motif à fleurs se popularise outre-Manche avec Cacharel et son fameux chemisier à fleurs, qui deviendra le best-seller de la marque. Depuis, l’enseigne a fait du chemin, et après des années à perte, la fièvre des collaborations ranime son corps . Fred Perry en 2010, Nike en 2011, Dr Martens. en 2012, The North Face et Supreme en 2013, Acne, Nike et Vans en 2014 et même un partenariat festif au BHV Marais pour Noel 2015… L’esprit romantique juvénile de Liberty London connaît une seconde jeunesse. En 2016, à  l’acmé de sa renaissance, le grand magasin s’attire les faveurs du serial collaborateur Uniqlo. La capsule de prêt-à-porter est dévoilée en mars. Pour le moins fleurie, celle-ci s’adresse aux petits et aux grands dans un mix délicat de tradition et modernité. Shootée par le photographe Nick Knight, elle incarne en quelques pièces la nouvelle dynastie Liberty. Mais la plus grande collaboration de Liberty London est sans nulle doute celle que l’enseigne tisse avec Ed Burstell depuis huit ans…

Acne Studio X Liberty London

Acne Studio X Liberty London

Uniqlo X Liberty London

Uniqlo X Liberty London

libertylondonforuniqlo_005copie libertylondonforuniqlo_009copie

Quelques années après avoir l’un et l’autre connu un passage à vide, le couple improbable d’Ed Burstell et Liberty London fait des étincelles au point que le propriétaire de la marque envisage une introduction en  bourse d’ici deux à trois ans. La retail redemption est telle qu’Ed Burstell a publié un livre sur sa success story fleurie,  At Liberty : From Rehab to Front Row. Car ce Londonien d’adoption n’a pas toujours été un président accro au travail.

Ed Burstell X Liberty London

Ed Burstell X Liberty London

Elle s’appelait héroïne et l’a mené à deux reprises vers l’overdose, son addiction originelle lui présentera d’ailleurs la mort en septembre 1984. Après cela, Ed Burstell dit adieu aux soirées de débauche de la première communauté ouvertement homosexuelle de New York. Après une cure de désintoxication, il entame son incroyable ascension. Tout droit venu des rayons parfumerie de Macy’s, il réussit à prendre la direction de l’enseigne Henri Bendel qu’il redresse totalement avant de devenir vice-président chez Bergdorf Goodman. Nous sommes en 2004 et Geoffroy de la Bourdonnaye, président en poste chez Liberty lui offre un nouveau défi. Après un premier refus, Ed Burstell se laisse convaincre et accepte le poste de numéro deux.

Ed Burstell

Ed Burstell

Arrivé dans les locaux en décembre 2008, il a pour mission de libérer la vieille dame de son héritage arthritique pour n’en conserver que l’ultime substrat. Alors en pleine crise financière, Liberty est rachetée par le fond d’investissement BlueGem ; Geoffroy de la Bourdonnaye écarté laisse sa place de président à l’Américain. Comptable de formation, Ed Burstell prend des mesures radicales : déménagement, suppression d’un étage, réfection d’un site internet à la traîne et replacement stratégique des foulard fleuris. Dans le même temps, sa créativité l’attire vers un oasis de collaborations. Tout Londres entend parler de ce réveil mythique et Channel Four s’empare de l’histoire pour lui consacrer une série de documentaires. Entre 2013 et 2014, leur diffusion à heure de grand écoute captive des milliers de paires d’yeux, rajeunit la clientèle et fait bondir de 15% le chiffre d’affaire de Liberty…

Le pari est réussi pour Ed Burstell et Liberty, nos deux revenants finalement revenus.

Retrouvez les vitrines de Liberty sur notre site dailyshopwindow

liberty-feb-2016-londres-dailyshopwindow

Liberty, 02/16

liberty-nov-2015-londres-dailyshopwindow (5)

Liberty, 12/15

liberty-apr-2015-londres-dailyshopwindow

Liberty, 04/15

liberty-apr-2015-londres-dailyshopwindow (1)

Liberty, 04/15

© dailyshopwindow.com | http://bit.ly/23B8TQq