Made in Europe

24 novembre 2015 - Fashion, Lifestyle

Pendant que l’univers fashion s’emploie à certifier l’origine de son coton, au coeur d’une sombre polémique depuis que l’État Islamique aurait mis la main sur les trois quarts de la production syrienne, l’étau se resserre autour de la fabrication made in Europe. Affirmant avec vigueur leur attachement aux artisans du Vieux Continent, géants et jeunes talents de l’industrie de la mode semblent pencher pour une relocalisation générale en faveur de l’Europe

Salon Européen des Métiers d'Art, la Maison de plumasserie Haute Façon M. Marceau

Salon Européen des Métiers d’Art, la Maison de plumasserie Haute Façon M. Marceau

En mars dernier, les Journées Européennes des Métiers d’Art offraient une présentation chorale de leur force vive artisanale aux résidents européens. Univers, gestes, matières, outils, passions et talents, pendant trois jours cette neuvième édition dévoilait les dessous du précieux fait main made in Europe avec ses 5000 exposants au savoir-faire exceptionnel. Baptisées “Territoires de l’Innovation”, ces journées positionnaient l’artisanat comme pivot stratégique de nos contrées, conviction qui se répand aujourd’hui comme une traînée de poudre dans les rangs de la profession.

Les Journées Particulières LVMH

Les Journées Particulières LVMH

Magiciens de la mode placés sous haute protection, les artisans et leur discipline en voie de raréfaction se voient prêter une attention notable depuis quelques années déjà. À travers son programme Métiers d’Art qui vise à investir et accompagner dans la durée ses meilleurs fournisseurs, le groupe LVMH se fait une priorité de protéger et développer son accès privilégié aux matières et savoir-faire d’excellence. Pour aller plus loin, le groupe créait en 2014 “l’Institut des Métiers d’Excellence”, un programme de formation professionnelle reconnu par l’État pour assurer la transmission des savoir-faire artisanaux, initiative à laquelle s’ajoute la mise en place des Journées Particulières, ouvrant au public les portes d’une quarantaine d’ateliers de fabrication en France… De son côté, Chanel n’est pas en reste et célèbre chaque année l’artisanat avec son désormais légendaire défilé des Métiers d’Art  liés à son activité de Haute Couture qu’il regroupe depuis 2002 sous l’égide de la filiale Paraffection, basée à Pantin depuis 2013.

Atelier Desrues, entreprise du groupe Paraffection, filiale de Chanel

Atelier Desrues, entreprise du groupe Paraffection, filiale de Chanel

Longtemps isolés dans leur exception, Chanel et LVMH semblent avoir fait des émules et de nombreuses initiatives de fabrication made in Europe destinées à promouvoir les métiers d’art voient le jour depuis quelques mois. Au sein de l’hexagone, le maroquinier Longchamp annonçait mis novembre la construction d’un grand site de production de 7000 mètres carrés sensé accueillir une centaine de salariés dans la commune vendéenne de Pouzargues d’ici 2018. Destiné à remplacer par un équipement de pointe l’actuel site de Montournais où 70 personnes travaillent à plein temps, cet investissement important vise à accompagner dans la durée la forte croissance du chiffre d’affaire du cheval de course de la maroquinerie française. Cette empreinte française réaffirmée dans le process de fabrication de Longchamp n’est d’ailleurs pas étrangère à son succès…

Au coeur des ateliers français de Longchamp

Au coeur des ateliers français de Longchamp

La production en France est essentielle car c’est là que s’effectue la mise au point de nos nouvelles méthodes, moteur de notre savoir-faire. Nous avons besoin d’une force de frappe de proximité pour la réactivité” soulignait Jean Cassegrain, le Directeur Général de l’entreprise au journal les Échos. Alors que l’entreprise fait également fabriquer à l’île Maurice, en chine, en Tunisie, au Maroc et en Roumanie, l’effectif total de 800 salariés oeuvrant pour Longchamp sur le territoire français est loin de n’être qu’un grain de sable au milieu du désert.

Le made in Europe de Burberry

Le made in Europe de Burberry

Bon élève de la mode, Burberry annonçait de son côté investir dans le made in UK quelques jours plus tôt. Après avoir annoncé l’unification de son offre éponyme, qui verra disparaître les noms des lignes Brit, Prorsum et London d’ici la fin 2016, Christopher BaileyCEO et Directeur Artistique de la griffe britannique – déclarait investir près de 70 millions d’euros dans une nouvelle unité de production britannique au Nord de l’Angleterre (Leeds). Porté par la volonté stratégique de regrouper les capacités de ses deux sites de fabrication actuels (Castleford et Cross Hills), le nombre d’emplois créé, annoncé à hauteur d’un millier s’avère en réalité minime puisque résultant d’un déménagement, mais permet au king of Tartan de garantir les nobles racines de son trench iconique.

Le made in Europe de No Season

Le made in Europe de No Season

Si les pivots actuels de l’innovation, intrinsèquement liée au processus de création, se portent en faveur de la relocalisation, d’autres initiatives plus silencieuses naissent littéralement de ce constat. Portée par une volonté de valoriser le savoir-faire européen, la jeune marque belge No Season propose un mode de fabrication à la commande et à la main, implanté en Belgique.

Le made in Europe de No Season

Le made in Europe de No Season

Lancée en 2015 dans l’aventure de sa marque, Eva Sirgi propose deux pièces par mois, en édition limitée, à des prix relativement accessibles (de 180 à 350€). Soucieuse de ne pas courir aux désastres de la production de masse, elle fonde son concept sur un mode de fabrication responsable : “ Lorsque le drame du Rana Plaza s’est produit, il y a eu une forme de prise de conscience chez moi. Je me suis dit que nous avions un véritable savoir-faire en Europe et pourtant au lieu de l’exploiter, nous préférions produire dans des pays qui ne respectent pas la vie humaine et donc contribuer à cela. J’ai alors commencé à réfléchir à un vrai projet, au fil du temps, cela a donné naissance à No Season.”. Puisse cette initiative faire un jour plier les monstres de la mondialisation…

© dailyshopwindow.com | http://bit.ly/1OdHxue