Mailles gagnantes

6 décembre 2016 - Fashion, Inspiration

Reine de la maille, impératrice du tricot, si Sonia Rykiel nous quittait en août dernier, son héritage est bel et bien vivant. Libérée, audacieuse, moderne et parfois pionnière, la maille célèbre son renouveau à travers collaborations exclusives, créations inédites et nouvelles techniques. Et face à la promesse d’un froid historique pour l’hiver 2016, pas question de faire l’impasse sur les nouveaux standards de la maille.

C’était écrit, Benetton et Stella Jean s’associent cet hiver pour une capsule au savant goût de tricot. Entre le géant italien de la maille, leader du podium détox de Greenpeace et ambassadeur du multiculturalisme, et la créatrice italo-haïtienne connue pour sa mode métissée et éthique, le coup de foudre a eu lieu et s’affichera au grand jour dès le 9 décembre. Sélection de basiques Benetton revisités, mêlant savoir faire-italien et traditions textiles « des pays du sud du monde », la capsule se veut haute en maille et en couleurs, créée uniquement avec des matières nobles comme le mohair et le cachemire. Les lignes, contemporaines et originales, dépoussièrent une certaine image Benetton. United Colors of… bravissimo !

Stella Jean x Benetton

Stella Jean x Benetton

Une seconde maison de mode hisse la maille gagnante cette saison. Petite frenchie des années 20, Devernois fête 90 ans de style intemporel et d’essentiels raffinés avec un poncho anniversaire tricoté dans un cachemire qu’il nous tarde d’enfiler. Décliné en sept nuances, du gris souris à l’orange cuivré, il condense le savoir-faire des ateliers roannais et l’énergie contemporaine de la petite-fille du créateur, actuelle directrice artistique de la maison. Soucieuse de dynamiser la maille Devernois, elle collabore régulièrement avec des stylistes pour placer son savoir-faire hors de sa zone de confort. Après Thomas Maier, c’est à Franck Sorbier et Gustavo Lins qu’elle faisait appel pour doper l’allure Devernois, preuve que maille et mode s’aiment encore d’un amour passionné.

Devernois x Mode en France

Devernois x Mode en France

Quelques trente ans après Devernois, la France devient le berceau d’une nouvelle grande maison de maille. Née en 1956, Rodier deviendra fournisseur de Coco Chanel avant de tomber dans l’oubli. La renaissance est datée de 2004 et désormais, la maille se veut « life style ». En 2011, l’arrivée d’Émilie Luc-Duc à la direction artistique réaffirme l’héritage maison tout en introduisant des matières plus contemporaines, des silhouettes plus architecturées. La « Maison de maille » sort grandie de cette cohabitation avec la styliste, anciennement chez Dior Enfant et Anne Valérie Hash, qui lui offre un nouveau visage mode et très créatif tout en soignant détails et finitions.

Sandra Backlund

Sandra Backlund

Riche de telles fondations, la jeunesse de la mode européenne soigne à son tour la maille et certaines maisons dévoilent un réel talent pour renouveler à leur tour les possibilités du fabuleux tricot. Lauréate du Festival International de Mode et de Photographie d’Hyères, la styliste Sandra Backlund se verra vite confier une collaboration avec Louis Vuitton puis Emilio Pucci, inspirant le respect par ses sculptures de tricot flirtant avec l’art par leur complexité époustouflante. Plus discrète depuis quelques saisons, elle laisse place à d’autres petits génies de la maille comme la british Sibling. Association de Sid Bryan, Joe Bates et Cozette McCreery, celle qui défile à la fashion week de Londres avec sa ligne homme et sa ligne femme baptisée Sister by Sibling tient le haut du classement des nouvelles maisons de maille. Lancée en 2008, la maison développe des looks maille aux imprimés et couleurs ultra osés. Motifs décalés, rayures bretonnes, couleurs vibrantes… L’ADN Sibling est désormais ancré dans l’imaginaire collectif à l’image de son Knit Monster, le fameux total look maille dont l’allure a fait la cover du livre Doppelganger et voyagé à travers le monde dans le cadre de l’exposition Wool Modern. Adepte des collaborations, Sibling flirte avec géants de la mode (Swarovski, Fred Perry, Topman, PUMA) et artistes (Will Broome, Mike Egan and Jim Lambie) égrainant peu à peu les infinies possibilités de la maille.

Sister by Sibling

Sister by Sibling

Sibling Knit Monster

Sibling Knit Monster

Start-up spécialisée dans la fabrication de mailles personnalisables, Unmade est créée en 2013 à partir d’une technologie avancée qui offre la possibilité au consommateur de faire des changements simples aux vêtements sans influer sur le coût de production. Sa collaboration avec la talentueuse créatrice Kitty Joseph révèle une capsule de pulls en laine mérinos ultra branchés et fidèles à l’esprit de la londonienne, explorant couleur et print design comme jamais.

Unmade x Kitty Joseph

Unmade x Kitty Joseph

 

Non contente de démocratiser sa présence auprès des accros de la mode, la maille fait un pas de plus vers un mode de consommation courante à travers le boum des Knit kits. Témoin de la modernité et de la désirabilité de ce type d’exploitation textile responsable, la maille en kit explose et s’exporte dans (presque) toutes les contrées du monde. De Wool and the Gang à We are Knitters ou Woolkiss, le Do It Yourself s’est emparé de la maille depuis plusieurs saisons. Tendance intrinsèque au développement des Knit kits, la maille XXL se taille la part du lion depuis quelques saisons et les aiguilles géantes trouvent une place bien au chaud dans nos inconscients. Facile et rapide à travailler, la maille XXL laisse émerger quelques noms qui s’imposent peu à peu dans le paysage international, en premier lieu dans le secteur de la mode mais de plus en plus dans l’univers du design et de l’art.

Dana Barnes Endolith Casts

Dana Barnes Endolith Casts

endolith-casts-new-york-design-week-dana-barnes-designboom-22 endolith-casts-new-york-design-week-dana-barnes-designboom-80

Au rayon expérimentations, la maille XXL s’illustre chez la new-yorkaise Dana Barnes. Initialement styliste de mode pour Elie Tahari ou Tommy Hilfiger, Dana Barnes bifurque rapidement vers un mode de création plus artistique, avec un réel penchant pour les fibres naturelles. Connue pour ses sculptures au format XXL, exploitant tricot, crochet ou macramé, elle voit en toutes sortes de fibres et textiles un medium au possibilités infinies. Fruits de ses recherches récentes, les assises sculpturales Endolith Casts reproduisent à s’y méprendre l’impression d’un lichen naturel installé sur des bancs de béton. Présentés en parallèle de la Fashion Week de New York en 2015, ces sièges design ne sont qu’un exemple parmi les multiples trouvailles de maille du Studio Dana Barnes.

f9acc2d51b986837b7125228108fb030_original

b7a0e2e42f0104552af80e57bee59a15_original

Récemment, la plateforme de crowdfunding Kickstarter révélait un autre savant pas si fou de la maille. Baptisé « braid » le nouveau textile développé pour la maille par le studio de design Ohhio est né de la recherche d’un matériau durable, léger, et aussi doux que la laine de mérinos. D’origine ukrainienne, Ohhio s’implante brillamment sur le marché de la maille XXL en proposant tapis, jetés de lits géants et autres boules relaxantes. Durable, vegan, pet friendly et disponible en DIY facile, le braid est conçu comme un tuyau dont la coquille extérieure est en coton, polyamide et élasthane, le remplissage quant à lui se fait en matériau de remplissage pour oreiller. Côté business modèle, Ohhio propose de tricoter facilement le braid avec ses propres bras en guise d’aiguilles ou de recevoir les créations faites main… Le présage d’un futur brillant pour une maille toujours plus populaire.

© dailyshopwindow.com | http://bit.ly/2h2LI24