Timeless beauty

8 janvier 2015 - Inspiration

Si 2014 a définitivement été un millésime de postérieurs rebondis, 2015 semble déjà augurer l’arrivée de l’âge de raison. Provocants hier, grandioses aujourd’hui, les portraits de femmes se réinventent.

Kim Kardashian & Kanye West pour la campagne Balamain Printemps été 2015

Kim Kardashian & Kanye West pour la campagne Balamain Printemps été 2015

Kim Kardashian, après avoir fait exploser l’Internet avec un magistral booty buzz célébrant son derrière, révèle depuis peu une ubiquité affolante en s’affichant partout, mais surtout au bras de son chéri Kanye dans le dernier shoot Balmain Homme Printemps-été 2015. Kézako ? Penserez-vous. Lisez plutôt, car Kim K. donne le La.

Portraits de femmes : campagne Roberto Cavalli printemps-été 2015

Portraits de femmes : campagne Roberto Cavalli printemps-été 2015

Ayant mis au monde un mini-moi frôlant déjà l’âge des premiers botox (sa fille NorthWest), ladite créature a vu l’horloge tourner et hisse depuis glamour et sensualité option sagesse et apaisement de femme comblée… Renversante, la maman d’affaire affriolante flirte avec le pouvoir, avec la défiance de celle qui possède plus qu’elle n’est possession. En d’autres termes : à 34 ans, le roi, c’est elle. De « femme de » à femme tout court, elle clame les plein-pouvoirs, suivie de près par une autre égérie hot booty

Portraits de femmes : campagne Roberto Cavalli printemps-été 2015

Portraits de femmes : campagne Roberto Cavalli printemps-été 2015

Nicki Minaj, trente ans passés de deux ans, a récemment fait plus de bruit qu’un téra d’anacondas réunis dans une curieuse campagne Roberto Cavalli… Aérienne (si, si !), sobre (relativement) et féminine (puissamment), elle broie sa signature vulgaire avec force solennité. Intrigant. Ainsi donc, Madame Kardashian et Mademoiselle Minaj se révèlent crédibles dans leur trentaine établie ; et la mode prend cet improbable tournant de la maturité. Désarmant.

 Jessica Lange égérie Marc Jacobs Beauty

Jessica Lange égérie Marc Jacobs Beauty

Des sériés télé aux papiers glacés, le ratio âge/beauté de la femme 2015 a tout bonnement quintuplé. Les nouvelles stars sont cinquantenaires – ou presque, imposent leur style paisiblement, et captent sans ciller notre attention d’irréductibles scroller, attirés par leur fraîcheur maturée.Divorce, désamour, rides ou simplement cheveux blancs, toutes ces femmes ont derrière elles quelques valises bien pleines qu’elles ont appris à traîner, décemment, respectueusement. Se dégage alors de leur visage une beauté hypnotique qui colonise nos esprits étonnés. Parce qu’elles fascinent, les voilà adoubées. Stars éternelles ou starifiées sur le tard, le curriculum vitae personnel de ces femmes est une force, leur portrait en impose.

Naomi Campbell et Jourdan Dunn pour Burberry

Naomi Campbell et Jourdan Dunn pour Burberry

Il y a celles qui soudainement éclosent. Ces visages qui nous frappent, évacuant l’insolente jeunesse des jeunes filles en fleurs, décatissant la vingtaine. C’est une Jessica Lange, actrice américaine à l’onomastique antithétique, puisque c’est son rôle démoniaque dans la série American Horror Story qui l’aidera à se révéler. En 2014, son visage disert la hisse égérie Marc Jacobs Beauty à 64 ans. C’est aussi Robin Wright, 48 ans, inflexible femme de président dans la série House of Cards, bible secrète de nombreux politiques. Femme de poigne et femme complexe, sa beauté naturelle incarne à la perfection ces nouveaux portraits de femmes que la mode s’approprie. Enfin American Apparel fait le buzz et redonne ses lettres de noblesse à une fascinante sexagénaire, Jacky O’Shaughnessy.

american-apparel-jacky-62-main

Campagne Dolce & Gabbana, printemps-été 2015

Campagne Dolce & Gabbana, printemps-été 2015

Il y a aussi celles qui restent. Résistant encore et toujours à l’envahisseur, les femmes d’hier qui le sont aujourd’hui et le seront demain… Éternelles et authentiques, elles cumulent les mandats en écrasant les jeunes tops adolescents. Il s’agit bien sûr d’une Inès de la Fressange, 57 ans, deux filles, mannequin, égérie, créatrice, femme d’affaire, journaliste et… couverture de l’édition de Noël du magazine Vogue. Il s’agit également d’une Julianne Moore, beauté froide bonifiée par le temps mais ravageuse dans le dernier volet du film Hunger Games, trois prix d’interprétation au cinéma, égérie L’Oréal Paris à 54 ans. Dernier exemple en date, Charlotte Rampling, 68 ans, des yeux à se damner, la grâce incarnée, égérie Nars et nouvelle venue de la série Broadchurch dont le premier épisode de la saison 2 est paru il y a quelques jours à peine. C’est officiel, les stars inversent la courbe du temps et beauté rime aujourd’hui avec maturité.

Julia Roberts pour Givenchy, printemps-été 2015

Julia Roberts pour Givenchy, printemps-été 2015

MTI2NDM3MjQ5MjUxMjg5NzMx

Madonna pour Versace

S’appropriant pour de bon la tendance, les campagnes récentes la confirment et le jeunisme semble encore une fois victime de snobisme. Un faux duo mère-fille chez Burberry avec Naomi Campbell, 44 ans, dans le rôle de maman, la pop star de 56 ans Madonna en égérie Versace, ou la drôle de valse des générations de chez Dolce & Gabbana… On pense aussi à la très remarquée dernière campagne Givenchy avec Julia Roberts dans un nouveau rôle : sobre, puissante et naturelle dans un style urban cool – rappelons que la marque avait été précurseur en shootant Isabelle Huppert dans leur campagne de l’automne. Mais l’exemple le plus probant est sans aucun doute la campagne Céline pour le printemps-été 2015, avec la mamie cool Joan Didion, écrivain octogénaire qui chipe la vedette à Daria Werbowy, au summum du style… Le poids des années envolé par la légèreté de sa moue masquée d’une grosse paire de lunettes le clame haut et fort : les égéries matures ont définitivement le vent en poupe.

Joan Didion pour Céline, campagne printemps-été 2015

Joan Didion pour Céline, campagne printemps-été 2015

 

Après des décennies de standards de beauté revendiquant la plus pure jeunesse, la mode réécrit peu à peu son cahier des charges, en quête de beautés rugueuses, épicées, marginales ou décalées mais surtout authentique, et profondes. En 2015, les nouveaux portraits de femmes ont de la bouteille et du chien.

© dailyshopwindow.com | http://bit.ly/1Kos3Av