DETOX DIGITALE

1 mars 2017 - Lifestyle

Jus de bouleau, huiles essentielles de pamplemousse, compléments alimentaires au radis noir : la detox est partout, dans les magazines féminins, dans la publicité qui vend des cures de toutes sortes, sur la carte des restaurants jusqu’à chez votre amie qui vous parle de ce nouvel aliment miracle anti-oxydant qui lui a permis de faire une cure de son ex. Face à ce matraquage, c’est plutôt d’une detox digitale dont on aurait besoin.

La detox digitale, phénomène de mode lucratif...

La detox digitale, phénomène de mode lucratif…

Ne cherchons pas plus loin, la FOMO (Fear Of Missing Out) est le mal de notre siècle connecté. Aujourd’hui, exister se résume à poster sa vie et son oeuvre sur les réseaux sociaux. Une évolution professionnelle sur LinkedIn, un voyage sur Instagram, un avis sur Twitter, une grimace sur Snapchat… « Je poste donc je suis » est le mantra de notre selfie-society. Il y a quelques années nous devions payer pour avoir un petit forfait internet quand maintenant on paye pour ne plus l’avoir ! Face à l’addiction aux écrans, la « detox digitale » est un créneau finalement très lucratif…

keep calm detox digitale

Depuis le 1er janvier 2017 en France, l’hyper connexion présente officiellement un risque pour la santé. En moyenne, un cadre français reçoit chaque jour plus de 50 mails et 70% des français vérifient leur messagerie toutes les 5 minutes… Pour prévenir du surmenage, du stress et toutes formes de burn-out, le Droit à la Déconnexion est la solution imaginée par l’Etat. Employeurs et syndicats doivent s’accorder pour en définir les modalités d’exercice. Ils doivent établir les mesures qui permettront de réguler l’utilisation des outils numériques afin d’assurer le temps de repos des salariés. Des formations pour les responsables d’équipes peuvent aussi être mise en oeuvre.

Restaurants, hôtels et professionnels du tourisme n’auront pas attendu le Droit à la Déconnection pour élaborer des offres de detox digitale. Contrer la connexion permanente devient thérapeutique grâce à des cures et jeûnes pour hyper-connectés. À l’instar du Westin Paris-Vendôme, l’hôtel spa Les Célestins à Vichy « confisque » tout appareil numérique à l’arrivée du client, qui vient en connaissance de cause. L’établissement a été l’un des premiers en France à se positionner sur le sevrage technologique, mais le phénomène fait des émules. À Bordeaux dans le château de La Gravière jusqu’en Bretagne où Relax Océane organise des stages pour reconnecter avec la nature. Aux Etats-Unis aussi, hôtels et compagnies de voyages ont flairé le filon commercial. Moyennant plusieurs centaines de dollars, des campements vintage ou centres de cure où le réseau ne passe pas fleurissent pour permettre un break aux accros de l’écran. À Paris, le Café Coutume à lui tout simplement décidé de bannir tablettes et smartphones. Une mesure radicale que les clients tolèrent avec plus ou moins de philosophie…

L'application Forest, pour mieux déconnecter.

L’application Forest, pour mieux déconnecter.

Une étude réalisée par le CREDOC affirmait il y a quelques semaines que déserter les réseaux sociaux permettrait de lire 200 livres par an… Si votre detox digitale n’a pas suffit, ces outils peuvent vous aider. Soigner le ma(i)l par le mal, c’est la proposition de ED2, société éditrice de l’application Calldoor qui a levé 200 000 euros depuis novembre dernier. Le service accompagne les entreprises dans la mise en place du Droit à la Déconnexion. Pour prendre conscience du temps passé sur son téléphone, c’est l’application « Moment » qu’il faut télécharger (et ne pas trop regarder du coup). Certaines sont plus radicales comme l’application Offtime, qui bloque pendant une durée pré-déterminée tout ce qui n’est pas essentiel au quotidien, éliminant ainsi les notifications parasites. Pour les plus joueurs, c’est Forest qu’il faut installer sur son smartphone. Le principe ? Planter un arbre virtuel qui met une demi heure à pousser. Toute interruption liée à un coup de téléphone, un mail ou un push-up stoppe net la croissance et la vie de l’arbre. Les créateurs de l’application précisaient que très peu d’utilisateurs voyaient leur arbre arriver à maturité… De quoi réfléchir avant chaque action à entreprendre sur son téléphone.

Le Kitchen Safe, pour enfermer son téléphone.

Le Kitchen Safe, pour enfermer son téléphone.

Plus extrême et vicieux, c’est le coffre-fort Kitchen Safe. On y glisse tout et n’importe quoi, surtout son smartphone en cas de detox digitale. Une fois l’objet introduit dans la boîte, il suffit de programmer un minuteur de fermeture, de 10 minutes jusqu’à plusieurs jours. Les concepteurs de l’objet l’ont prévu transparent, pour un traitement drastique et permettre à l’utilisateur d’avoir sous le regard l’objet de sa tentation… Mais si le concept de télécharger une application pour mieux déconnecter vous échappe, dirigez-vous vers Into The Tribe. Cette agence  organise des séjours au plus près de la nature tout en gérant pour vous l’application qui désactivera toutes les fonctionnalités du téléphone exceptée l’appel, au cas où vous vous perdrez en forêt… Allez, fermez vite cette page internet et bonne detox digitale !

Alizee Perrin

© dailyshopwindow.com | http://bit.ly/2mtUhpJ