Oscar de la Renta, Goodbye Gentleman

24 octobre 2014 - News

Après cinquante ans de bons et loyaux services alloués à la mode, Oscar de la Renta nous a quitté lundi à l’âge de quatre-vingt-deux ans. Décédé des suites d’un cancer, il n’avait pourtant jamais abandonné les rênes de sa maison fondée en 1965 et était apparu en personne pour saluer le public de son dernier défilé présenté en septembre.

Oscar de la Renta salue aux côtés de KArlie Kloss et Daria Strokous à son dernier défilé printemps-été 2015

Oscar de la Renta salue aux côtés de Karlie Kloss et Daria Strokous à son dernier défilé printemps-été 2015

Annoncée il y a un mois, la succession d’Oscar de La Renta est d’ores et déjà offerte à Peter Copping, ancien directeur artistique de Nina Ricci. Prévue pour février 2015, sa première collection loin du regard aiguisé du maître de l’élégance entamera sa genèse dès le 3 novembre prochain, date d’entrée en fonctions de la relève.

Peter Copping salue à la fin de son dernier défilé pour Nina Ricci en septembre 2014

Peter Copping salue à la fin de son dernier défilé pour Nina Ricci en septembre 2014

Être à la hauteur, c’est purement et simplement ce qui sera demandé à Peter Copping dans les mois, voire les années à venir, car non content d’être un homme grand, Oscar de la Renta était un grand homme. Chouchou de Carrie Bradshaw qui ne jurait que par lui dans la série « Sex and The City », il était le styliste des premières dames. Jackie Kennedy, Nancy Reagan, Hilary Clinton, … Le créateur américain excellait dans l’art d’habiller ses majestés ladies, et avait récemment dessiné sur sa demande, la robe de mariage d’Amal Alamuddin, épouse de Georges Clooney.

Amal Alamuddin et Oscar de la Renta

Amal Alamuddin et Oscar de la Renta

Faire rimer poésie et élégance, Oscar de la Renta le faisait à merveille, fort d’une expérience quelque peu éloquente. Apprenti chez Cristobal Balenciaga à ses débuts, il finit par monter à Paris en tant qu’assistant chez Lanvin puis Elizabeth Arden avant de fonder sa marque éponyme en 1965 et d’épouser deux ans après la journaliste française du magazine Vogue, Françoise de Langlade, pour incarner l’une de ces unions célèbres qui fleurissaient à l’âge d’or des sixties.

Oscar de la Renta et sa première femme Françoise de Langlade

Oscar de la Renta et sa première femme Françoise de Langlade

En 1993, le doyen des stylistes américains – considéré comme l’un des plus grands couturiers au monde – prend la tête de la Haute Couture Balmain. Cette collaboration se terminera en 2002, alors qu’Oscar de la Renta affiche au compteur déjà deux prix du Conseil des créateurs de mode américains (CFDA). Le premier, obtenu en 1990, récompense sa carrière, alors que le second, obtenu dix ans plus tard sera celui du Créateur de l’Année, doublé en 2007 de la même récompense.

Oscar de la Renta pour Pierre Balmain Haute Couture 1999

Oscar de la Renta pour Pierre Balmain Haute Couture 1999

Un talent incontesté, la confiance du tout fashion, le gentleman de la mode Oscar de la Renta les agrémentait d’un profond respect pour ses pairs, tendant la main à John Galliano lorsqu’il sort la tête de l’eau en 2013. Après deux ans d’absence suite à des propos injurieux signant son arrêt de mort dans toute la galaxie mode, Oscar de la Renta lui offre un stage de réinsertion de trois semaines en janvier 2013 en lui laissant co-diriger la collection qu’il finit d’élaborer. « Il a travaillé dur et longtemps à son rétablissement et je suis heureux de lui donner la possibilité de s’immerger à nouveau dans le monde de la mode, et de se ré-acclimater à un environnement où il a été si créatif. Tout le monde a droit à une seconde chance, surtout quelqu’un d’aussi doué que John » confiera-t-il sur lui. Un grand homme, qu’on se le dise.

Défilé Oscar de la Renta X John Galliano automne-hiver 2014

Défilé Oscar de la Renta X John Galliano

Laissant orphelins huit enfants, une femme et à peu de choses près l’intégralité de la planète mode, Oscar de la Renta le discret a fait l’objet de nombreux hommages, physiques et digitaux – un domaine dans lequel sa maison est l’une des pionnières. Foule de créateurs, célébrités et anonymes se sont d’ailleurs empressés de lui dédier quelques mots d’adieu. « Nous avons perdu une icône de la mode », tweetera Marc Jacobs suite à sa disparition. Une peine partagée par beaucoup, qui fait suite à la disparition en septembre dernier de Gaby Aghion, créatrice française fondatrice de la maison Chloé.

Gaby Aghion

Gaby Aghion

Disparue à l’âge de quatre-vingt douze ans, Gaby Aghion était à l’origine du prêt-à-porter de luxe. Après son arrivée à Paris en 1945, elle avait créé Chloé en 1952, maison qu’elle avait baptisé en référence au prénom de son amie Chloé Huysmans qu’elle jugeait emblématique de l’esprit jeune et audacieux naissant à cette époque dans la capitale. Très vite, elle avait flairé l’émergence d’une nouvelle mode, celle de l’instantané, favorisée par l’élaboration de vêtements de qualité dont les coupes étudiées ne nécessitaient que peu de retouches.

Gaby Aghion et Karl Lagerfeld

Gaby Aghion et Karl Lagerfeld

Ce contre-pied au sur-mesure rapidement imité par Yves Saint Laurent ou Givenchy, Gaby Aghion avait de nouveau fait usage de son flair pour dénicher un Karl Lagerfeld ou d’une Stella McCartney, âgée de vingt-cinq ans à peine lors de son recrutement au sein de la maison Chloé.

Portrait de Gaby Aghion

Portrait de Gaby Aghion

Par pudeur ou modestie, Gaby travaillait dans l’ombre en étroite collaboration avec ces créateurs placés sur le devant de la scène jusqu’au rachat de la maison par le groupe Dunhill en 1985. C’est avec émotion que Chloé lui a rendu hommage en un tweet : « Gaby Aghion avait fondé Chloé avec un esprit libre. Elle nous a quitté aujourd’hui, discrètement et paisiblement. La collection de demain lui sera dédiée. »

Défilé Chloé, printemps-été 2015

Défilé Chloé, printemps-été 2015

En cette fin d’année, à l’heure où les feuilles tombent et les arbres roussissent, la mode se voit amputée de deux figures essentielles qui ont su marquer l’histoire du vêtement par leur génie créatif. Et si la mode se renouvelle massivement depuis quelque mois en suivant son cycle naturel, elle se voit forcée aujourd’hui d’obéir aux choses de la vie…

« The only realities in life is that you are born and that you die », Oscar de la Renta.

Retrouvez toutes les vitrines de Chloé sur notre site dailyshopwindow.com

dailyshopwindow-vitrines-créatives-creative-windows-vitrines-magasins-windows-shop-Chloe_2470_SEP17

Chloé, Paris, 17/09/14

dailyshopwindow-vitrines-créatives-creative-windows-vitrines-magasins-windows-shop-Chloe_7855_OCT02

Chloé, Paris, 02/10/14

dailyshopwindow-vitrines-créatives-creative-windows-vitrines-magasins-windows-shop-Chloe_1446_SEP01

Chloé, Paris, 01/09/14

© dailyshopwindow.com | http://bit.ly/1tQrx8E