Young Designer Fashion Awards

3 novembre 2014 - News

Dur, dur d’être créateur. Longtemps réputée pour son manque cruel de soutien aux  jeunes pousses, l’industrie de la mode française a tourné cette année la page de sa légende noire. Fraîchement investies dans le développement des young designer fashion awards, maisons de mode et groupes de luxe semblent bel et bien décidées à tirer un trait sur cette étiquette de mauvais élève en tendant la main aux jeunes talents de demain.

Grand Prix du Jury Première Vision de la 29ème édition du Festival d'Hyères attribué à Kenta Matsushige

Grand Prix du Jury Première Vision de la 29ème édition du Festival d’Hyères attribué à Kenta Matsushige

Alors que Michelle Obama ne jure que par les jeunes créateurs, la France avait plutôt tendance à ignorer sa nouvelle garde, trop occupée à chouchouter des grandes maisons … Fort heureusement les temps changent, et la nouvelle tendance d’investissement se trouve dans les young designer fashion awards.

 Kenta Matsushige, lauréat 2014 du prix du Festival International de Mode et de Photographie d'Hyères

Kenta Matsushige, lauréat 2014 du prix du Festival International de Mode et de Photographie d’Hyères

Concours prestigieux destinés à promouvoir la nouvelle scène de la mode, les young designer fashion awards ont attiré cette année l’attention des mécènes du luxe, sûrement en quête de sang frais pour leurs futures écuries de champions. Quoiqu’il en soit, il n’est pas anodin qu’en 2014, François-Henri Pinault, PDG du groupe Kering, se retrouve parrain du prix de l’ANDAM ; que le groupe Chanel soit partenaire du prix du Festival International de Mode et de Photographie d’Hyères, et que LVMH crée son propre prix, déjà considéré comme le plus important… au monde.

Iris Van Herpen, lauréate du prix de l'ANDAM 2014

Iris Van Herpen, lauréate du prix de l’ANDAM 2014

Fondé en 1985, le prix du festival d’Hyères est le plus ancien. Ouvert aux apprentis stylistes du monde entier, il a vu se succéder de prestigieux lauréats comme Viktor & Rolf, Felipe Oliveira Baptista ou encore Anthony Vaccarello. Sur le point de fêter son quart de siècle, Hyères est devenue une véritable institution, au même titre que le prix de l’ANDAM (Association Nationale pour le Développement des Arts de la Mode) fondé en 1989 par Pierre Bergé et Nathalie Dufour dans le but d’encourager et d’accompagner les jeunes créateurs souhaitant s’installer durablement dans le paysage créatif de Paris. Formidable tremplin, le young designer fashion awards de l’ANDAM a propulsé le belge Martin Margiela dans une carrière époustouflante l’année de son inauguration, et a récompensé cette année la néerlandaise Iris Van Herpen, déjà considérée par ses pairs comme une pointure de la mode.

Iris Van Herpen, collection automne-hiver 2014/2015

Iris Van Herpen, collection automne-hiver 2014/2015

Sentant le vent tourner, LVMH a donc décidé de suivre le mouvement en créant sa propre structure autour des young designer fashion awards et force est de constater que le pari est réussi. Développé par la discrète Delphine Arnault, directrice adjointe de Louis Vuitton, qui manifeste depuis toujours un attachement féroce aux nouveaux venus de la scène mode, il est déjà perçu comme les nouveaux oscars de la mode avec son jury surnommé le « G8 des ego ».

Thomas Tait aux côtés du prestigieux jury du prix LVMH

Thomas Tait aux côtés du prestigieux jury du prix LVMH

Impressionné, c’est certainement l’état d’esprit dans lequel se trouvait l’anglais Thomas Tait en se voyant décerner le prix LVMH par ce jury rassemblant huit des plus grands créateurs de mode au monde. Nicolas Ghesquière, Phoebe Philo, Raf Simons, Riccardo Tisci, Karl Lagerfeld, Humberto Leon & Carol Lim, et Marc Jacobs… c’est une très modeste brochette de créateurs qui s’est retrouvée autour de ces nouveaux young designer fashion awards pour débattre du futur détenteur des 300 000€ en jeu et des douze mois d’aide personnalisée au développement de l’entreprise.

Thomas Tait remporte la première édition du prix LVMH

Thomas Tait remporte la première édition du prix LVMH

Philanthropique plus que business, LVMH tient à signaler que ce nouveau prix n’a aucun lien avec le développement commercial du groupe et vise avant tout à faire émerger des talents qui peinent à voir le jour dans un contexte économique difficile, où l’on se doit d’être aussi bon styliste que businessman pour pouvoir faire face aux réalités commerciales qu’implique le grand saut dans l’océan de la mode… Redorer le blason français de la création, c’est donc chose faite , et Anna Wintour qui n’avait pas manqué en 2010 de faire remarquer au ministre de la culture de l’époque, Christian Estrosi, que la France ne savait pas défendre ses talents, devrait réviser son jugement.

Thomas Tait, collection printemps-été 2014/2015

Thomas Tait, collection printemps-été 2014/2015

Indispensables pour encourager la naissance d’un génie, les young designer fashion awards promettent des retombées immédiates à une activité très onéreuse qui ne laisse pas toujours vivre les vrais talents de mode, et bien que plus modestes, d’autres récompenses comme le prix du festival de Dinard, le grand prix de création de la ville de Paris, Elle Solidarité Mode ou encore le Hempel Award, China International Young Fashion Designer Contest fondé en 1993… Tous ces concours trient sur le volet le suprême de la crème de jeunes créateurs tous justes – ou pas encore  – sortis d’école, offrant leur chance aux rêves de gloire des plus méritants. Mais ils permettent aussi aux grands groupes d’identifier très facilement la succession de leur podium fashion, en plein bouleversement générationnel.

Le français Eddy Anemian, lauréat 2014 du  H&M prize

Collection du français Eddy Anemian, lauréat 2014 du H&M prize

Si Rome ne s’est pas fondée en un jour, Karl et Marc non plus, et les mécènes actuels semblent enfin avoir digéré ce détail essentiel. Prêts à former et accompagner les stylistes dès leur plus jeune âge, ils développent aujourd’hui un véritable laboratoire d’observation et d’élevage de talents, tout en laissant s’épanouir leurs sujets indépendamment de leurs calculs savants.

Eddy Anemian, lauréat  2014 du prix H&M

Eddy Anemian, lauréat 2014 du prix H&M

Le 27 novembre prochain, ce sera au tour du groupe H&M d’annoncer les huit finalistes de son H&M Design Award Prize pour succéder à Eddy Anemian, lauréat 2014. En partenariat avec trente-sept écoles de mode à l’international, le prix représente la modique somme de 50 000€ ainsi que l’opportunité de défilé à la fashion week de Stockholm et l’offre d’une collection capsule distribuée chez H&M… Si l’on ignore encore le nom des journalistes, experts, blogueurs et designers qui formeront le jury de l’édition 2015, il semblerait que ERDEM, Jonathan Saunders et Christopher Kane aient déjà répondu à l’appel des jeunes créateurs et fassent partie de l’assemblée qui décernera ce young designer fashion awards.

Où va la mode ? L’avenir nous le dira, mais l’effort collectif déployé pour dénicher les jeunes créateurs de demain promet d’ores et déjà un casting de choix.

Retrouvez les vitrines des jeunes designers sur notre site dailyshopwindow.com

dailyshopwindow-vitrines-créatives-creative-windows-vitrines-magasins-windows-shop-Viktor&Rolf_1442_SEP01

Viktor&Rolf, Paris, 01/09/14

dailyshopwindow-vitrines-créatives-creative-windows-vitrines-magasins-windows-shop-Viktor&Rolf_7850_OCT02

Viktor&Rolf, Paris, 02/10/14

© dailyshopwindow.com | http://bit.ly/1A3qmWv